Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Secret de Wilhem Storitz - Jules Verne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
0%
 0%  [ 0 ]
Beaucoup
0%
 0%  [ 0 ]
A la folie
0%
 0%  [ 0 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 0

Auteur Message
Vassia



Inscrit le: 11 Mai 2018
Messages: 457

MessagePosté le: Lun Juil 19, 2021 11:22 pm    Sujet du message: Le Secret de Wilhem Storitz - Jules Verne Répondre en citant

Dans Le Secret de Wilhelm Storitz point de voyage épique mais des héros confrontés à des phénomènes étranges contrariant un projet de mariage et mettant en émoi un ville hongroise *Wink*

On est là dans du fantastique à la Edgar Poe ou certains Maupassant.

Ce bouquin est connu dans une version publiée après la mort de Jules Verne et un tantinet retravaillée par son fils.

Bon moi c'est pas franchement mon truc mais je me suis tout de même noté quelques formules qui m'ont bien plu *Smile*

Le Secret de Wilhem Storitz (Jules Verne) 1910 (1898)

Tel est l’aveuglement des hommes ! C’est ainsi que se tisse sans cesse, à leur insu, la trame mystérieuse de leur destin !
Mais ai-je raison de le raconter ? N’est-il pas de ces choses qu’il vaut mieux taire ?
[...], la physionomie-heureuse de l’homme à qui la vie s’offre sous ses plus riants aspects, [...]
[...] cette monotonie bruyante, qui, mieux que le silence, finit par vous endormir.
Il faut reconnaître que la nature est très artiste.
Ici, pourrait-on dire, le Danube coule entre l’avenir et le passé.
[...], les superstitions n’ont que faire de la logique, [...]
Que me voulait-il, cet individu ?
Ce que tu appelles la fin, [...], c’est, à mon avis, le commencement.
Le passé n’est plus, m’écriai-je, l’avenir n’est pas, le présent est seul !
Marc répondit d’abord par un geste de dédain des plus caractéristiques.
le grand fleuve qui, par cette nuit pure, reflétait par milliers les astres du ciel, pareils à des poissons aux écailles lumineuses.
Partout où il y a un Allemand, il y a un chien.
Un ivrogne tombe de lui-même, rien qu’en vertu de la loi de la chute des corps.
Pourquoi obscurcir son bonheur d’une ombre d’inquiétude ?
Toute l’antipathie que, par tradition et par instinct, la race magyare éprouve pour la race germanique éclatait dans ces paroles.
[...], il essaya d’obtenir par la douceur ce qu’il n’avait pas obtenu par la violence, [...]
[...] le Magyar, quel que soit son sexe, a le grand souci de l’habillement.
[...], une insulte directe et voulue !
Mais c’est dans le domaine de la réalité que se meut la police.
Tout dénotait l’incurie et l’abandon.
Nous regardions cette peinture, vigoureuse de dessin, rude de couleurs, signée d’un artiste inconnu, une véritable œuvre d’art
[...] ne subissais-je pas, à mon insu, l’influence du milieu ?…
C’est que, deux nouveaux époux, c’est une assez maussade compagnie en voyage.
[...] un emprisonnement est supportable quand il ne doit pas s’éterniser.
[...], une tranquillité de morte, devant laquelle l’art demeurait impuissant.
L’exaltation de Marc ne me permettait plus de lui répondre.
[...] on est sans pouvoir contre la terreur.
Les autorités sentirent, cette fois, leur impuissance à retenir une foule montée à un tel degré d’exaltation.
[...] ces paroles encourageantes qui me parurent dénuées de sens, [...]
Et le hasard n’était-il pas, en effet, le plus sûr guide que nous puissions suivre ?
Ce mot valait toutes les explications du monde.
Il était désert ou plutôt déserté.
La vérité nous éblouissait.
Le silence était parfait, [...]
Qu’aurions-nous pu nous dire, en effet, qui n’eût été dit et redit cent fois ?
[...] cette curiosité, on la comprendra, on l’excusera.
Sans doute, il restait encore dans cette assistance des appréhensions dont le temps seul triompherait.
Le temps arrange tout, [...]
[...] il n’est pas de vacances si longues qu’elles ne s’achèvent, [...]
[...], les mathématiques sont, comme l’univers, infinies !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
snarkhunter



Inscrit le: 14 Juin 2021
Messages: 118

MessagePosté le: Mar Juil 20, 2021 6:52 am    Sujet du message: Re: Le Secret de Wilhem Storitz - Jules Verne Répondre en citant

Vassia a écrit:
je me suis tout de même noté quelques formules qui m'ont bien plu *Smile*

[...], les mathématiques sont, comme l’univers, infinies !

... Sauf que rien n'est moins sûr, en l'état actuel de nos connaissances !
_________________
Le doute est toujours visible dans chacune de mes lampes...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 314538 / 0