Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Papyrus - Lucien De Gieter

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> BD
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
0%
 0%  [ 0 ]
Beaucoup
50%
 50%  [ 1 ]
A la folie
50%
 50%  [ 1 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 2

Auteur Message
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Mar 07, 2022 11:38 am    Sujet du message: Papyrus - Lucien De Gieter Répondre en citant



Cette BD est pour moi un classique de la BD d'aventure historique et fantastique. Papyrus est un jeune paysan qui vit en Egypte ancienne, au temps du pharaon Mérenptah. A la suite de sa première aventure, Papyrus se retrouve mêlé aux projets des dieux d'Egypte pour la fille du pharaon, Théti-Chéri. Il en devient l'ami, et même, au fil du temps, plus que ça. Grâce à son glaive magique et à son grand courage, Papyrus affronte bien des dangers en Egypte et dans tout le monde antique.

La série oscille entre un cadre historique réaliste, avec des planches de reconstitution à tomber par terre au niveau des bâtiments et des costumes, et des éléments beaucoup plus fantastiques empruntés aux mythologies, mais avec une belle documentation derrière, ce qui fait qu'on reste plus dans l'historico-fantastique que dans la fantasy pure.

La série s'est arrêtée il y a quelques années après 33 tomes à l'issue desquels De Gieter a imaginé un dénouement (qui reste cependant ouvert). Du coup, à quand une belle intégrale ?

En attendant, après être un peu passé à côté de la série dans ma jeunesse (je n'en ai lu que deux tomes), je découvre le reste avec délice en médiathèque, et maintenant j'en profite encore mieux puisque je vois tout le travail de documentation, de scénario, de dessin qu'il y a derrière.

Une belle série à découvrir.
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Soleil*
Super Nov-A


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 5865
Localisation: deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin...

MessagePosté le: Mer Mar 09, 2022 9:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'en ai lu plusieurs tomes dans ma jeunesse et ça m'a laissé un très bon souvenir.
_________________
Il s’évanouit tout doucement à commencer par le bout de la queue,
et finissant par sa grimace qui demeura quelque temps après que le reste fut disparu.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Mar 30, 2022 8:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est amusant de voir le dosage entre l'aspect merveilleux ou fantasy et l'aspect plus historique selon les tomes. Dans ce que j'ai lu pour le moment (dans le désordre, hélas, ça dépend de ce qui est disponible ou pas à la bibliothèque, mais je remets mes avis dans l'ordre en éditant le message au fur et à mesure) :



1. La Momie engloutie. Papyrus n'est qu'un petit paysan parti pêcher sur le Nil, lorsqu'il se trouve entraîné par le courant dans une forêt périlleuse. Au coeur de cette forêt, il découvre la momie engloutie du titre, qui n'est autre que Théti-Chéri, la princesse royale, fille de Pharaon. A eux deux, ils vont devoir batailler pour que Théti-Chéri revienne saine et sauve au palais royal. C'est au cours de ce premier album qu'on voit se mettre en place les bases de la série : les deux personnages principaux ainsi que le glaive magique de Papyrus, "toujours à la mesure de son courage". Les épreuves qu'ils doivent affronter relèvent du merveilleux (il y a encore très peu d'éléments historiques).



2. Le Maître des trois portes. Le Nil se tarit, menaçant de laisser dépérir tout le pays. Papyrus et Théti-Chéri remontent le cours du fleuve pour tenter de découvrir l'origine du problème. Bien vite, ils sont confrontés à un ennemi puissant, et doivent se risquer au coeur de la montagne.
Waouh ! Pour voir que ce n'est que le deuxième album de la série, il met la barre très haut. Une aventure épique, du mystère, de l'exploration, un ennemi puissant et très classe, des décors très "fantasy" mais grandioses, et un suspense haletant tout du long... J'ai bien du mal à trouver des défauts à cet album. Simplement, la part de documentation historique reste restreinte : De Gieter récupère quelques éléments épars pour mieux inventer ses propres factions, décors et créatures, qui paraîtront donc parfois trop "carton-pâte" aux vétilleux qui chercheraient de la fiction historique pure. Mais c'est tellement bien dessiné et bien ficelé que je ne m'en formaliserai pas, et les quelques éléments directement empruntés à l'histoire et aux mythes égyptiens sont habilement utilisés (mention spéciale à l'identité du Grand Méchant). Ajoutons que l'album m'a fait penser tantôt à Thorgal (pour l'aspect fantasy épique) et tantôt à... Blake et Mortimer, à cause de son recours fréquent aux explications narrées en "voix off", mais aussi à cause de son ennemi doté de pouvoirs magiques qui font parfois furieusement penser à de la science-fiction rétro.



3. Le Colosse sans visage est une belle aventure basée sur la mythologie mais très orientée fantasy, un brin kitsch par ci par là, avec un Papyrus qui en bave pas mal et une épreuve où Théti-Chéri a la grande classe (même si la scène a un côté "pin-up"). Il s'en dégage une atmosphère de merveilleux premier degré et dépaysant vraiment savoureuse. Mais les personnages et les lieux restent en bonne partie de pures inventions de De Gieter, contrairement à ce qu'il fera quelques albums après.



4. Le Tombeau de pharaon prend directement la suite de l'album précédent. Après leur quête sur l'île des dieux, Papyrus et Théti-Chéri s'en retournent chez eux... pour découvrir que plus personne ne les reconnaît et qu'un inconnu est monté sur le trône de pharaon. Dix ans se sont écoulés et la famille de Théti-Chéri est morte... Nos deux héros vont avoir fort à faire pour inverser ce terrible sort réservé aux parents de Théti-Chéri, sur lesquels on en apprend davantage dans cet album. C'est toujours plein de magie, avec un combat mémorable entre Papyrus et le cobra de pharaon, sans oublier l'apparition des terribles lutins au nom imprononçable, les Chtiquechtaquelaguelacs !



5. L'Egyptien blanc. Tout semble rentré dans l'ordre pour Théti-Chéri et Papyrus, jusqu'au jour où, pendant une partie de chasse sur le Nil, ils tombent sur un Chtiquechtaquelaguelac inanimé. Décidément héros au grand coeur malgré les avanies que leur ont fait subir les maudits lutins dans sa précédente aventure, Papyrus et Théti-Chéri décident de ramener le malheureux chez lui. C'est le début d'une aventure où l'on en apprend davantage sur ce curieux peuple et sur la vallée où il vit. Mais le coeur de l'intrigue est formé par une réapparition de la déesse aux cheveux resplendissants, celle qui a donné son glaive à Papyrus dans sa toute première aventure. Et le dieu crocodile Sobek n'est pas loin.
C'est encore une aventure très "fantasy", avec énormément de magie et de métamorphoses et peu voire pas d'éléments historiques. Cet album-ci m'a paru un peu plus décousu dans ses péripéties au début, mais les choses s'améliorent dès lors qu'il est question de la vallée maudite. Le thème de la malédiction collective avait déjà été abordé dans Le Colosse sans visage, mais il y a assez de différences pour que celui-ci conserve un intérêt.



6. Les Quatre Doigts du dieu Lune. Retour aux intrigues politiques et religieuses avec cet album centré sur le temple de Thot, où il se passe de bien étranges choses avec un prêtre figé dont on ignore s'il est mort ou vivant. Il y a des interventions divines derrière tout cela, c'est certain... mais Papyrus a fort à faire pour tirer l'affaire au clair, entre le garçon Hapou toujours aussi illuminé et le frère de Pharaon qui tire prétexte des événements pour instaurer la loi martiale et, de facto, prendre le pouvoir !
Cet album introduit un personnage récurrent des aventures suivantes : Imhoutep, l'architecte unijambiste. On y rencontre aussi une belle brochette de voleurs qui vient renouveler les types de personnages explorés par la série. Théti-Chéri n'y joue qu'un rôle très effacé, ce qui est dommage.



7. La Vengeance des Ramsès. Décor grandiose et scènes spectaculaires sont au programme de cet album, qui se déroule entièrement dans le temple d'Abou-Simbel, connu pour ses quatre colosses assis. De Gieter reconstitue avec minutie le temple et ses différentes salles, pour mieux emmener Papyrus et Théti-Chéri dans des endroits secrets et, bien sûr, déchaîner de puissants sortilèges. Le point fort de cet album réside dans ces reconstitutions superbes et dans la scène spectaculaire qui forme le coeur de l'intrigue. Au chapitre des regrets, les deux héros ne font finalement pas grand-chose et semblent plus spectateurs de l'action (même si Théti-Chéri y est finalement plus dégourdie que Papyrus).




8. La Métamorphose d'Imhotep. Après La Vengeance des Ramsès qui avait injecté une dimension historique plus grande dans les aventures de Papyrus et de Théti-Chéri, La Métamorphose d'Imhotep me paraît atteindre l'équilibre idéal. Nos héros y évoluent à nouveau parmi des décors grandioses, bien réels et finement reconstitués (la pyramide à degrés de Djoser à Saqqarah, qui est la toute première pyramide éqyptienne). La magie est toujours présente, mais se trouve mieux reliée à la fois à la mythologie égyptienne et à l'Histoire, via la figure d'Imhotep, architecte de Djoser déifié après sa mort. Complots et fourberies côtoient des scènes d'action et d'exploration qui diversifient les péripéties et relancent constamment le suspense.
Bref, c'est une grande réussite à mes yeux, qui donne l'impression que la série atteint son rythme de croisière avec cet album. Et c'est aussi une aventure tout indiquée pour découvrir (ou faire découvrir) la série, si vous voulez directement commencer avec des dessins magnifiques.



9. Les larmes du géant. Anitti, une princesse hittite, une adolescente de l'âge de Papyrus et de Théti-Chéri, a été offerte comme épouse à Pharaon, qui se contentera de l'accueillir comme sa fille. Nos héros, accompagnés du jeune architecte Imhoutep, sont chargés d'aller au-devant de la princesse. Mais les ambitions d'un homme de l'ombre, et un redoutable secret technologique qui pourrait changer le destin de toute la région, vont changer cette rencontre diplomatique en point de départ d'une aventure périlleuse.
Secrets religieux et techniques, passages secrets et souterrains, complots, traquenards, combats et fuites éperdues : voici de nouveau un album riche en rebondissements, à l'intrigue particulièrement inspirée puisqu'elle s'enracine directement dans l'histoire des technologies antiques. Quant au décor, ici encore, il est grandiose : le temple des millions d'années d'Amenhotep III, dont les deux seuls vestiges actuels sont les colosses que les Grecs surnommaient "colosses de Memnon", deux gigantesques statues de pharaons assis. Le temple étant mal connu dans ses détails, De Gieter a toute liberté pour en imaginer l'architecture et les salles secrètes.
L'album se distingue par une intrigue particulièrement sombre (pour du Papyrus), dont la tonalité n'est parfois pas loin de la tragédie. De Gieter devait savoir qu'une bonne histoire n'est rien sans un "méchant" réussi, parce qu'une fois de plus, Papyrus et Théti-Chéri sont confrontés à des adversaires retors. Autre particularité de cet album : le merveilleux y est finalement très discret, ce qui fait d'autant plus ressortir les machinations des humains. Egypte ancienne oblige, la religiosité reste présente à chaque case. Le résultat est une aventure qui rappelle parfois Alix ou Blake et Mortimer, tout en restant bien reconnaissable dans la série des aventures de Papyrus. La présence un peu plus insistante de la narration "en voix off" est sans doute aussi en partie à l'origine de cette impression.
Le dessin est somptueux, tout simplement : décors et costumes regorgent de détails, et la mise en case met parfaitement en valeur les rebondissements et les temps forts de l'histoire.



11. Le Pharaon maudit est beaucoup plus historique, puisqu'il tourne autour d'Akhetaton, la capitale d'Akhénaton, le pharaon maudit en question, dont la mémoire a été bannie après son court règne. L'intrigue tourne vite à la traque angoissante dans une ville en ruines, aux prises avec une bande de pillardes déterminées et retorses. Les références à la famille d'Akhénaton sont très précises, et certaines cases sont du vrai docu-fiction avec le plan des ruines de la ville au temps de Papyrus et de Théti-Chéri. Il y a tout de même quelques ficelles d'horreur, et j'ai d'ailleurs été surpris de trouver dans cet album paru en 1988 des scènes d'horreur présentes dans le film La Momie de Stephen Sommers sorti en 1997, avec

Spoiler:

la nuée de scarabées qui s'attaque aux pilleurs de sarcophages pour les dévorer et qui peut se cacher dans le sable.



mais il y a sans doute une inspiration commune.



12. Dans le tome 12, L'Obélisque, Papyrus accompagne Théti-Chéri sur le chantier de deux obélisques qui doivent être livrés à Pharaon pour le temple de Deir el-Bahari. Mais les secrets de la construction et de l'acheminement des obélisques ont été fragilisés par la perte de nombreux papyrus, et une rivalité s'élève entre deux architectes sur la méthode à employer. Aménopé, choisi par Pharaon, est confronté à la jalousie tenace de Hori, qui fait tout pour provoquer son échec afin de récupérer la direction du chantier. Imhoutep, jeune architecte ami de Papyrus et de Théti-Chéri, va travaille sur le chantier et a toute confiance en Aménopé. Mais les incidents se multiplient, provoqués par toutes sortes de péripéties, y compris Hapou, ce garçon dont l'esprit est "ailleurs".

C'est une nouvelle fois un album très documentée : l'auteur remercie deux historiens en fin d'album, dont Jean-Claude Golvin, dessinateur historique auteur de nombreuses reconstitutions de bâtiments. L'intrigue constitue quasiment un docu-fiction, puisqu'on y assiste à toutes les étapes de la conception, de la fabrication et de l'acheminement d'un obélisque jusqu'à sa destination. La rivalité entre architectes sert en partie à mettre en scène les différentes hypothèses des historiens sur le sujet, mais elle fournit aussi une réelle galerie de personnages vivants, qui vont donner du fil à retordre aux héros. C'est davantage un album orienté enquêtes et relations personnelles, en dépit de quelques moments d'action pour faire bonne mesure.



13. Le Labyrinthe commence de manière très historique avec uen ambassade crétoise reçue par Théti-Chéri et une mission confiée par Papyrus envoyé en mission en Crète pour tenter d'éviter un incident diplomatique. Les reconstitutions des navires, des costumes crétois et de la vie en Crète minoenne sont tout bonnement magnifiques. L'utilisation faite du taureau d'Apis, avec sa légère dose de fantastique, m'a paru particulièrement habile. Puis nous basculons en pleine mythologie avec le fameux Labyrinthe... et enfin en pleine fantasy, puisque le Labyrinthe en question ainsi que son minotaure sont réinventés avec une belle originalité ! J'ai été particulièrement marqué par le concept imaginée par l'apparence du Labyrinthe, qui repose sur une idée simple et géniale.



14. L'Île Cyclope forme la suite directe du Labyrinthe et revisite à son tour un fameux mythe grec, d'une façon assez bizarroïde et parfois bien kitsch, mais avec là encore un bel effort d'originalité, entre explications géologiques et horreur "organique" (une sorte d'Il était une fois la vie version terrifiante !). Contrairement à l'album précédent, Théti-Chéri est elle aussi du voyage avec Papyrus dans leur exploration de la mer Egée.



15. L'Enfant hiéroglyphe est une enquête de Papyrus et Théti-Chéri sur un chantier de construction dirigé par leur ami Imhoutep près de Karnak. Le scénario est juste correct, mais il y a quelques belles trouvailles, et surtout certaines planches sont à couper le souffle.



16. Le Seigneur des crocodiles. Ce n'est pas la première fois que Papyrus a affaire aux crocodiles, mais, cette fois-ci, le final est encore plus spectaculaire. Mais reprenons au début : Papyrus et Théti-Chéri sont faits prisonnier par des esclavagistes ! Ils se trouvent embarqués de force dans une aventure en plein désert, où ils font notamment faire la rencontre du nain bédouin Pouin et de son âne, de sympathiques compagnons qui reviendront dans les albums suivants. J'ai trouvé le scénario un brin plus décousu par endroits (la rencontre avec l'aveugle et l'intrigue qui s'ensuit sortent de nulle part), mais ça ne nuit pas au plaisir de la lecture.



17. Toutankhamon, le pharaon assassiné. Voici Papyrus et Théti-Chéri aux prises avec une délicate affaire de pillage de tombes dans la Vallée des Rois, non loin de Thèbes. Cet album se démarque des précédents par une structure originale et des informations sur l'histoire familiale de Papyrus qui n'y avait encore jamais eu droit : un flashback nous montre un de ses ancêtres au service de l'épouse de Toutankhamon, Ânkhésenamon. Les personnages secondaires, amis comme ennemis, m'ont paru bien campés et marquants. Et Pouin et son âne sont toujours impayables !



18. L'œil de Rê. C'est la fête de l'Opet, le Nouvel an en Égypte ancienne, et tout le monde a un peu trop bu... mais voilà que la barque d'Amon sombre, et que la statue du dieu est mutilée ! Nos héros vont devoir retrouver la partie manquante à temps pour éviter le discrédit à Pharaon au moment du pinnacle de la cérémonie à laquelle la statue doit prendre part.
Le dessin est superbe, mais le scénario m'a paru un peu plus léger. Finalement, les dieux font le plus important, ce qui donne a posteriori l'impression que les courses-poursuites des personnages n'ont pas vraiment d'enjeu. Quant à l'humour, il est plus "cartoonesque" que d'habitude : ce n'est pas désagréable, mais ça détone un peu par rapport aux albums précédents. Sans être un grand cru, cela reste une lecture sympathique.



19. Les Momies maléfiques. Pas d'enquête ou d'exploration de monuments dans cet album, place au frisson et à l'action ! Le titre et la couverture résument très bien l'intrigue de cet album, qui prend en grande partie la forme d'une course-poursuite avec les momies en question. Sa cause tient un peu du prétexte, et renoue avec le côté fantasy carton-pâte des tout premiers albums de la série. Que les gens aisément impressionnables se rassurent : l'humour reste présent, très présent même, et donne à l'ensemble un côté parfois un peu grand-guignol, plus léger que les scènes d'angoisse des autres albums. L'ensemble ne m'a pas paru inoubliable, mais fait passer un bon moment et a aussi le mérite d'essayer des directions et un rythme un peu différents de ce que De Gieter avait déjà fait. Y compris dans la mise en cases, avec ses plans larges joliment cinématographiques.



20. La Colère du grand sphinx . Théti-Chéri a disparu et Papyrus doit la retrouver. Classique, mais l'enjeu et les adversaires m'ont paru très convaincants, tout comme le cadre historique : on oublie parfois que l'Égypte ancienne a une histoire si longue que nombre de ses monuments ont eu le temps de tomber en ruines ou d'être ensablés et d'être restaurés ou redécouverts par certains pharaons. C'est cela qui sert d'enjeu à cet album et cela m'a paru bien trouvé. Et en plus, on voit se dessiner un arc narratif de longue haleine de la série sur les relations entre les personnages principaux !



21. Le Talisman de la grande pyramide. Papyrus et Pouin ont maille à partir avec des êtres surnaturels rôdant dans les tombes. Dans le cas de Papyrus, il s'agira de la plus grande d'entre elles : la grande pyramide de Khéops ! Changé en chauve-souris le temps de s'y introduire, notre infortuné héros aura bien du mal à en ressortir vivant. Un album sympathique et qui nous fait parcourir un monument archi célèbre, mais il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, sans doute en raison d'une ambiance un peu trop légère par rapport aux périls encourus.



22. La Prisonnière de Sekhmet. Un ennemi retors dissimulé dans le palais même de pharaon, Théti-Chéri emprisonnée (encore) et une bonne coopération entre les héros pour vaincre le danger. Un album qui commence comme une intrigue de cour et se termine de manière un peu plus spectaculaire, avec un bon équilibre entre enquête et action, Histoire et magie, intrigue autonome et approfondissement des personnages (en particulier Pouin, décidément bien sympathique). Un bon cru à mes yeux.



23. L'Odyssée de Papyrus 1. Le Cheval de Troie. Voilà Papyrus et Théti-Chéri embarqués bien malgré eux par des pirates esclavagistes. Lorsqu'ils atteignent les côtes de l'Asie Mineure, ils découvrent la fameuse ville de Troie, mais Troie après la guerre de Troie. Réduite à l'état de ruines, la ville est déchirée par des luttes entre les derniers représentants du peuple troyen et des pillards bien décidés à tirer parti du déclin de la cité. Un parti pris original, où l'on croise quelques figures mythologiques grecques célèbres dans des situations inédites. Dommage que les adversaires manquent de panache.



24. L'Odyssée de Papyrus 2. La Main pourpre. Voici Papyrus et Théti-Chéri en Phénicie, et ils découvrent les réalités effrayantes qui se cachent derrière le commerce de la pourpre. Le postulat est passionnant (partir d'une réalité artisanale et économique pour en donner une vision "à la Papyrus" avec du merveilleux). Mais la structure du scénario est étrange : l'adversaire le plus terrible est expédié dans les premières pages et la suite se perd parfois un peu dans des courses-poursuites avec des gags assez faciles. Il y a pourtant quelques belles pages d'intrigue de cour et des bases posées pour l'album suivant, avec le retour de Pouin.



25. L'Odyssée de Papyrus 2. Le Pharaon fou. J'ai bien aimé cet album où Pouin joue un rôle important, ce qui aide le scénario à se renouveler un peu. Nos trois héros sont plus que jamais pris entre des périls surnaturels et de sinistres complots, liés cette fois aux relations diplomatiques entre l'Égypte et la Phénicie. L'entrelacement entre le contexte historique et l'aspect fantasy m'a paru mieux ficelé, tout comme la structure de l'intrigue. Le dessin nous réserve quelques beaux décors et planches effrayantes.



26. Le Masque d'Horus. De retour en Égypte, Papyrus est convoqué par la mère de Théti-Chéri, la Grande Épouse Royale, qui lui révèle un lourd secret de famille. Et voici Papyrus embarqué seul dans une quête improbable, sous la menace particulièrement intimidante d'Horus. Le scénario s'inspire fortement d'une légende non égyptienne, mais je ne pourrais pas dire laquelle sans divulgâcher aussitôt le scénario. Les gens qui reconnaîtront l'inspiration trouveront sûrement l'album un peu facile. De mon côté, j'ai tout de même bien apprécié le résultat et les péripéties qui l'accompagnent, parce que l'album apporte du neuf à la série. Dommage que la couverture soit moins détaillée que d'habitude, mais il vaut mieux que ce soit la couverture qui pèche que l'album lui-même !
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications


Dernière édition par Tybalt le Sam Nov 19, 2022 10:14 am; édité 17 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Mai 08, 2022 9:06 am    Sujet du message: Répondre en citant



Dans le tome 12, L'Obélisque, Papyrus accompagne Théti-Chéri sur le chantier de deux obélisques qui doivent être livrés à Pharaon pour le temple de Deir el-Bahari. Mais les secrets de la construction et de l'acheminement des obélisques ont été fragilisés par la perte de nombreux papyrus, et une rivalité s'élève entre deux architectes sur la méthode à employer. Aménopé, choisi par Pharaon, est confronté à la jalousie tenace de Hori, qui fait tout pour provoquer son échec afin de récupérer la direction du chantier. Imhoutep, jeune architecte ami de Papyrus et de Théti-Chéri, va travaille sur le chantier et a toute confiance en Aménopé. Mais les incidents se multiplient, provoqués par toutes sortes de péripéties, y compris Hapou, ce garçon dont l'esprit est "ailleurs".

C'est une nouvelle fois un album très documenté : l'auteur remercie deux historiens en fin d'album, dont Jean-Claude Golvin, dessinateur historique auteur de nombreuses reconstitutions de bâtiments. L'intrigue constitue quasiment un docu-fiction, puisqu'on y assiste à toutes les étapes de la conception, de la fabrication et de l'acheminement d'un obélisque jusqu'à sa destination. La rivalité entre architectes sert en partie à mettre en scène les différentes hypothèses des historiens sur le sujet, mais elle fournit aussi une réelle galerie de personnages vivants, qui vont donner du fil à retordre aux héros. C'est davantage un album orienté enquêtes et relations personnelles, en dépit de quelques moments d'action pour faire bonne mesure.
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications


Dernière édition par Tybalt le Lun Juin 13, 2022 8:31 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juin 13, 2022 8:31 am    Sujet du message: Répondre en citant



4. Le Tombeau de pharaon prend directement la suite de l'album précédent. Après leur quête sur l'île des dieux, Papyrus et Théti-Chéri s'en retournent chez eux... pour découvrir que plus personne ne les reconnaît et qu'un inconnu est monté sur le trône de pharaon. Dix ans se sont écoulés et la famille de Théti-Chéri est morte... Nos deux héros vont avoir fort à faire pour inverser ce terrible sort réservé aux parents de Théti-Chéri, sur lesquels on en apprend davantage dans cet album. C'est toujours plein de magie, avec un combat mémorable entre Papyrus et le cobra de pharaon, sans oublier l'apparition des terribles lutins au nom imprononçable, les Chtiquechtaquelaguelacs !



5. L'Egyptien blanc. Tout semble rentré dans l'ordre pour Théti-Chéri et Papyrus, jusqu'au jour où, pendant une partie de chasse sur le Nil, ils tombent sur un Chtiquechtaquelaguelac inanimé. Décidément héros au grand coeur malgré les avanies que leur ont fait subir les maudits lutins dans sa précédente aventure, Papyrus et Théti-Chéri décident de ramener le malheureux chez lui. C'est le début d'une aventure où l'on en apprend davantage sur ce curieux peuple et sur la vallée où il vit. Mais le coeur de l'intrigue est formé par une réapparition de la déesse aux cheveux resplendissants, celle qui a donné son glaive à Papyrus dans sa toute première aventure. Et le dieu crocodile Sobek n'est pas loin.
C'est encore une aventure très "fantasy", avec énormément de magie et de métamorphoses et peu voire pas d'éléments historiques. Cet album-ci m'a paru un peu plus décousu dans ses péripéties au début, mais les choses d'améliorent dès lors qu'il est question de la vallée maudite. Le thème de la malédiction collective avait déjà été abordé dans Le Colosse sans visage, mais il y a assez de différences pour que celui-ci conserve un intérêt.

J'ai mis à jour mon message principal avec mes avis sur les albums dans l'ordre de la série *Smile*
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juil 04, 2022 2:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant



6. Les Quatre Doigts du dieu Lune. Retour aux intrigues politiques et religieuses avec cet album centré sur le temple de Thot, où il se passe de bien étranges choses avec un prêtre figé dont on ignore s'il est mort ou vivant. Il y a des interventions divines derrière tout cela, c'est certain... mais Papyrus a fort à faire pour tirer l'affaire au clair, entre le garçon Hapou toujours aussi illuminé et le frère de Pharaon qui tire prétexte des événements pour instaurer la loi martiale et, de facto, prendre le pouvoir !
Cet album introduit un personnage récurrent des aventures suivantes : Imhoutep, l'architecte unijambiste. On y rencontre aussi une belle brochette de voleurs qui vient renouveler les types de personnages explorés par la série. Théti-Chéri n'y joue qu'un rôle très effacé, ce qui est dommage. Pour apprécier le final dans tous ses détails, il est bon d'avoir lu le tome 2, Le Maître des trois portes.

J'ai mis à jour mon message principal avec mes avis sur les albums dans l'ordre.
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Juil 10, 2022 11:12 am    Sujet du message: Répondre en citant



8. La Métamorphose d'Imhotep. Après La Vengeance des Ramsès qui avait injecté une dimension historique plus grande dans les aventures de Papyrus et de Théti-Chéri, La Métamorphose d'Imhotep me paraît atteindre l'équilibre idéal. Nos héros y évoluent à nouveau parmi des décors grandioses, bien réels et finement reconstitués (la pyramide à degrés de Djoser à Saqqarah, qui est la toute première pyramide éqyptienne). La magie est toujours présente, mais se trouve mieux reliée à la fois à la mythologie égyptienne et à l'Histoire, via la figure d'Imhotep, architecte de Djoser déifié après sa mort. Complots et fourberies côtoient des scènes d'action et d'exploration qui diversifient les péripéties et relancent constamment le suspense.
Bref, c'est une grande réussite à mes yeux, qui donne l'impression que la série atteint son rythme de croisière avec cet album. Et c'est aussi une aventure tout indiquée pour découvrir (ou faire découvrir) la série, si vous voulez directement commencer avec des dessins magnifiques.

Je mets à jour mon premier message pour avoir les albums dans l'ordre, s'il y a toujours des gens que ça intéresse *Smile*
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Juil 31, 2022 10:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant



2. Le Maître des trois portes. Le Nil se tarit, menaçant de laisser dépérir tout le pays. Papyrus et Théti-Chéri remontent le cours du fleuve pour tenter de découvrir l'origine du problème. Bien vite, ils sont confrontés à un ennemi puissant, et doivent se risquer au coeur de la montagne.
Waouh ! Pour voir que ce n'est que le deuxième album de la série, il met la barre très haut. Une aventure épique, du mystère, de l'exploration, un ennemi puissant et très classe, des décors très "fantasy" mais grandioses, et un suspense haletant tout du long... J'ai bien du mal à trouver des défauts à cet album. Simplement, la part de documentation historique reste restreinte : De Gieter récupère quelques éléments épars pour mieux inventer ses propres factions, décors et créatures, qui paraîtront donc parfois trop "carton-pâte" aux vétilleux qui chercheraient de la fiction historique pure. Mais c'est tellement bien dessiné et bien ficelé que je ne m'en formaliserai pas, et les quelques éléments directement empruntés à l'histoire et aux mythes égyptiens sont habilement utilisés (mention spéciale à l'identité du Grand Méchant). Ajoutons que l'album m'a fait penser tantôt à Thorgal (pour l'aspect fantasy épique) et tantôt à... Blake et Mortimer, à cause de son recours fréquent aux explications narrées en "voix off", mais aussi à cause de son ennemi doté de pouvoirs magiques qui font parfois furieusement penser à de la science-fiction rétro.

Je mets à jour ma liste dans le message précédent.
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Aoû 01, 2022 1:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant



16. Le Seigneur des crocodiles. Ce n'est pas la première fois que Papyrus a affaire aux crocodiles, mais, cette fois-ci, le final est encore plus spectaculaire. Mais reprenons au début : Papyrus et Théti-Chéri sont faits prisonnier par des esclavagistes ! Ils se trouvent embarqués de force dans une aventure en plein désert, où ils font notamment faire la rencontre du nain bédouin Pouin et de son âne, de sympathiques compagnons qui reviendront dans les albums suivants. J'ai trouvé le scénario un brin plus décousu par endroits (la rencontre avec l'aveugle et l'intrigue qui s'ensuit sortent de nulle part), mais ça ne nuit pas au plaisir de la lecture.
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Aoû 05, 2022 1:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant



17. Toutankhamon, le pharaon assassiné. Voici Papyrus et Théti-Chéri aux prises avec une délicate affaire de pillage de tombes dans la Vallée des Rois, non loin de Thèbes. Cet album se démarque des précédents par une structure originale et des informations sur l'histoire familiale de Papyrus qui n'y avait encore jamais eu droit : un flashback nous montre un de ses ancêtres au service de l'épouse de Toutankhamon, Ânkhésenamon. Les personnages secondaires, amis comme ennemis, m'ont paru bien campés et marquants. Et Pouin et son âne sont toujours impayables !




19. Les Momies maléfiques. Pas d'enquête ou d'exploration de monuments dans cet album, place au frisson et à l'action ! Le titre et la couverture résument très bien l'intrigue de cet album, qui prend en grande partie la forme d'une course-poursuite avec les momies en question. Sa cause tient un peu du prétexte, et renoue avec le côté fantasy carton-pâte des tout premiers albums de la série. Que les gens aisément impressionnables se rassurent : l'humour reste présent, très présent même, et donne à l'ensemble un côté parfois un peu grand-guignol, plus léger que les scènes d'angoisse des autres albums. L'ensemble ne m'a pas paru inoubliable, mais fait passer un bon moment et a aussi le mérite d'essayer des directions et un rythme un peu différents de ce que De Gieter avait déjà fait. Y compris dans la mise en cases, avec ses plans larges joliment cinématographiques.
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim Aoû 14, 2022 9:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant



9. Les larmes du géant. Anitti, une princesse hittite, une adolescente de l'âge de Papyrus et de Théti-Chéri, a été offerte comme épouse à Pharaon, qui se contentera de l'accueillir comme sa fille. Nos héros, accompagnés du jeune architecte Imhoutep, sont chargés d'aller au-devant de la princesse. Mais les ambitions d'un homme de l'ombre, et un redoutable secret technologique qui pourrait changer le destin de toute la région, vont changer cette rencontre diplomatique en point de départ d'une aventure périlleuse.
Secrets religieux et techniques, passages secrets et souterrains, complots, traquenards, combats et fuites éperdues : voici de nouveau un album riche en rebondissements, à l'intrigue particulièrement inspirée puisqu'elle s'enracine directement dans l'histoire des technologies antiques. Quant au décor, ici encore, il est grandiose : le temple des millions d'années d'Amenhotep III, dont les deux seuls vestiges actuels sont les colosses que les Grecs surnommaient "colosses de Memnon", deux gigantesques statues de pharaons assis. Le temple étant mal connu dans ses détails, De Gieter a toute liberté pour en imaginer l'architecture et les salles secrètes.
L'album se distingue par une intrigue particulièrement sombre (pour du Papyrus), dont la tonalité n'est parfois pas loin de la tragédie. De Gieter devait savoir qu'une bonne histoire n'est rien sans un "méchant" réussi, parce qu'une fois de plus, Papyrus et Théti-Chéri sont confrontés à des adversaires retors. Autre particularité de cet album : le merveilleux y est finalement très discret, ce qui fait d'autant plus ressortir les machinations des humains. Egypte ancienne oblige, la religiosité reste présente à chaque case. Le résultat est une aventure qui rappelle parfois Alix ou Blake et Mortimer, tout en restant bien reconnaissable dans la série des aventures de Papyrus. La présence un peu plus insistante de la narration "en voix off" est sans doute aussi en partie à l'origine de cette impression.
Le dessin est somptueux, tout simplement : décors et costumes regorgent de détails, et la mise en case met parfaitement en valeur les rebondissements et les temps forts de l'histoire.




18. L'œil de Rê. C'est la fête de l'Opet, le Nouvel an en Égypte ancienne, et tout le monde a un peu trop bu... mais voilà que la barque d'Amon sombre, et que la statue du dieu est mutilée ! Nos héros vont devoir retrouver la partie manquante à temps pour éviter le discrédit à Pharaon au moment du pinnacle de la cérémonie à laquelle la statue doit prendre part.
Le dessin est superbe, mais le scénario m'a paru un peu plus léger. Finalement, les dieux font le plus important, ce qui donne a posteriori l'impression que les courses-poursuites des personnages n'ont pas vraiment d'enjeu. Quant à l'humour, il est plus "cartoonesque" que d'habitude : ce n'est pas désagréable, mais ça détone un peu par rapport aux albums précédents. Sans être un grand cru, cela reste une lecture sympathique.
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Oct 29, 2022 8:42 am    Sujet du message: Répondre en citant

20. La Colère du grand sphinx . Théti-Chéri a disparu et Papyrus doit la retrouver. Classique, mais l'enjeu et les adversaires m'ont paru très convaincants, tout comme le cadre historique : on oublie parfois que l'Égypte ancienne a une histoire si longue que nombre de ses monuments ont eu le temps de tomber en ruines ou d'être ensablés et d'être restaurés ou redécouverts par certains pharaons. C'est cela qui sert d'enjeu à cet album et cela m'a paru bien trouvé. Et en plus, on voit se dessiner un arc narratif de longue haleine de la série sur les relations entre les personnages principaux !

21. Le Talisman de la grande pyramide. Papyrus et Pouin ont maille à partir avec des êtres surnaturels rôdant dans les tombes. Dans le cas de Papyrus, il s'agira de la plus grande d'entre elles : la grande pyramide de Khéops ! Changé en chauve-souris le temps de s'y introduire, notre infortuné héros aura bien du mal à en ressortir vivant. Un album sympathique et qui nous fait parcourir un monument archi célèbre, mais il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, sans doute en raison d'une ambiance un peu trop légère par rapport aux périls encourus.

22. La Prisonnière de Sekhmet. Un ennemi retors dissimulé dans le palais même de pharaon, Théti-Chéri emprisonnée (encore) et une bonne coopération entre les héros pour vaincre le danger. Un album qui commence comme une intrigue de cour et se termine de manière un peu plus spectaculaire, avec un bon équilibre entre enquête et action, Histoire et magie, intrigue autonome et approfondissement des personnages (en particulier Pouin, décidément bien sympathique). Un bon cru à mes yeux.

23. L'Odyssée de Papyrus 1. Le Cheval de Troie. Voilà Papyrus et Théti-Chéri embarqués bien malgré eux par des pirates esclavagistes. Lorsqu'ils atteignent les côtes de l'Asie Mineure, ils découvrent la fameuse ville de Troie, mais Troie après la guerre de Troie. Réduite à l'état de ruines, la ville est déchirée par des luttes entre les derniers représentants du peuple troyen et des pillards bien décidés à tirer parti du déclin de la cité. Un parti pris original, où l'on croise quelques figures mythologiques grecques célèbres dans des situations inédites. Dommage que les adversaires manquent de panache.

(J'ai mis à jour la liste de mes avis dans le message plus haut.)
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1452
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Nov 19, 2022 10:12 am    Sujet du message: Répondre en citant

24. L'Odyssée de Papyrus 2. La Main pourpre. Voici Papyrus et Théti-Chéri en Phénicie, et ils découvrent les réalités effrayantes qui se cachent derrière le commerce de la pourpre. Le postulat est passionnant (partir d'une réalité artisanale et économique pour en donner une vision "à la Papyrus" avec du merveilleux). Mais la structure du scénario est étrange : l'adversaire le plus terrible est expédié dans les premières pages et la suite se perd parfois un peu dans des courses-poursuites avec des gags assez faciles. Il y a pourtant quelques belles pages d'intrigue de cour et des bases posées pour l'album suivant, avec le retour de Pouin.

25. L'Odyssée de Papyrus 2. Le Pharaon fou. J'ai bien aimé cet album où Pouin joue un rôle important, ce qui aide le scénario à se renouveler un peu. Nos trois héros sont plus que jamais pris entre des périls surnaturels et de sinistres complots, liés cette fois aux relations diplomatiques entre l'Égypte et la Phénicie. L'entrelacement entre le contexte historique et l'aspect fantasy m'a paru mieux ficelé, tout comme la structure de l'intrigue. Le dessin nous réserve quelques beaux décors et planches effrayantes.

26. Le Masque d'Horus. De retour en Égypte, Papyrus est convoqué par la mère de Théti-Chéri, la Grande Épouse Royale, qui lui révèle un lourd secret de famille. Et voici Papyrus embarqué seul dans une quête improbable, sous la menace particulièrement intimidante d'Horus. Le scénario s'inspire fortement d'une légende non égyptienne, mais je ne pourrais pas dire laquelle sans divulgâcher aussitôt le scénario. Les gens qui reconnaîtront l'inspiration trouveront sûrement l'album un peu facile. De mon côté, j'ai tout de même bien apprécié le résultat et les péripéties qui l'accompagnent, parce que l'album apporte du neuf à la série. Dommage que la couverture soit moins détaillée que d'habitude, mais il vaut mieux que ce soit la couverture qui pèche que l'album lui-même !
_________________
Si ça vous intéresse : mon blog de lectures (dont des messages postés sur le Coin et étoffés pour l'occasion) et un site sur mes publications
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> BD Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 276425 / 0