Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Peau de chagrin - Balzac

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé :
Un peu
16%
 16%  [ 1 ]
Beaucoup
33%
 33%  [ 2 ]
A la folie
33%
 33%  [ 2 ]
Pas du tout
16%
 16%  [ 1 ]
Total des votes : 6

Auteur Message
EcumeDesEtoiles



Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 296
Localisation: Tigane

MessagePosté le: Jeu Avr 26, 2007 5:13 pm    Sujet du message: La Peau de chagrin - Balzac Répondre en citant

La Peau de chagrin, d'Honoré de Balzac (1831)
370p environ

# Résumé #

Raphaël de Valentin, un jeune marquis ruiné et amoureux éconduit, aspire à la mort.
Comptant se suicider pendant la nuit, il penetre dans une boutique mystérieuse, où il passe le temps en attendant le soir. Le proprietaire, un étrange antiquaire, lui céde alors une peau de chagrin. Un singulier objet qui réalisera tous ses voeux, mais dont la surface se réduira à chaque souhait exaucé...et avec elle, son espérance de vie...
Quel sera l'avenir de Raphaël ?


#Mon avis #

Un fort bon roman, mélant peinture de société, fantastique et suspense.
Les descriptions sont [bien sûr] interminables, mais pas [toujours] pénibles. Les personnages sont approfondis, tourmentés. J'avoue ne pas m'être vraiment attachée au héros, j'avais parfois envie de le secouer *Rolling Eyes*

En fait, ce livre est surtout un bon support de réflexion, à lire non pas comme un roman léger, mais plutôt en le savourant, afin de pouvoir en apprécier le message.

Au final, même si je n'ai pas été totalement conquise [ trop de description tue la description *Laughing* ], j'ai assez apprécié ce roman "fantastico-réaliste".

A lire [et peut-être à relire...]


Dernière édition par EcumeDesEtoiles le Sam Avr 28, 2007 5:28 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
CeNedra
Admin


Inscrit le: 08 Mai 2003
Messages: 3084
Localisation: Entre réel et Imaginaire

MessagePosté le: Ven Avr 27, 2007 3:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je me souviens avoir apprécié ce roman de Balzac.
D'ailleurs j'y pense quasiment à chaque fois que je fais un voeu.
_________________
Griffe d’Encre
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hedwige



Inscrit le: 22 Oct 2006
Messages: 52
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Sam Avr 28, 2007 11:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Parmi les grands classiques, Balzac est un des auteurs que j'apprécie le moins, son écriture alambiquée, surannée est un vrai pensum pour un lecteur de notre époque!
Si en effet, ses livres contiennent un message, comme tu le dis très justement, EcumeDesEtoiles, la façon de le transmettre est par trop laborieuse pour être efficace, à mon sens..
_________________
Lire, c'est aimer écrire
http://les-bibliophages.niceboards.net/index.htm
http://raconte-moi.niceboard.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
myriade



Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 83
Localisation: entre terre et mer

MessagePosté le: Jeu Juil 05, 2007 9:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

j'avoue que je n'aimais pas beaucoup lire Balzac mais j'ai été intéressée par ce livre sans doute parce qu'il sortait du registre habituel avec cette touche de fantastique. Par la suite, un autre de ses livres m'a beaucoup plu : Le Colonel Chabert. Mais c'est sans doute lié au fait que j'avais d'abord vu et beaucoup apprécié le film.
_________________
Veni vidi vici
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Laria



Inscrit le: 09 Fév 2007
Messages: 1888
Localisation: Ankh-Morpok

MessagePosté le: Mer Déc 30, 2009 4:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'ai lu dans le cadre scolaire. Le thème n'était pas inintéressant, mais le style de Balzac m'a paru plutôt indigeste et au final, je me suis pas mal ennuyée.
_________________
Mille et un mondes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Outremer



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 825
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu Avr 15, 2010 9:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je viens de finir le livre. L'élément fantastique au coeur de l'histoire - qu'on peut interpréter comme une allégorie - est une curiosité dans l'oeuvre de Balzac. Par le tableau qu'il fait de la société de l'époque, le roman appartient cependant bien à la "Comédie Humaine" (Rastignac y joue d'ailleurs un second rôle assez présent).

La structure est assez curieuse. La première partie nous jette immédiatement en pleine action : sans rien savoir à son sujet, on voit le jeune héros du livre perdre sa dernière pièce, résoudre de se suicider, puis découvrir par hasard la peau de chagrin. La visite de la boutique de l'antiquaire donne lieu a des descriptions particulièrement abondantes, mais que j'ai pour ma part beaucoup aimé ; on a tout à fait le sentiment d'être plongé dans une caverne au trésor, où se mélange pêle-mêle des objets venus de toutes les époques et de toutes les cultures.

La deuxième partie est le récit que fait Raphael de sa vie à un ami. Ce retour en arrière est très long (plus du tiers de l'oeuvre), et cela le rend assez frustrant puisque la peau de chagrin n'y joue évidemment aucun rôle. Ce n'est pas non plus la meilleure histoire de jeune homme désargenté et privé de ses illusions que le XIXème siècle a jamais produite.

C'est dans la troisième et dernière partie que la peau de chagrin opère vraiment, et il s'y instaure d'entrée de jeu une atmosphère mortuaire (cette partie s'appelle d'ailleurs tout simplement "L'agonie"). Le caractère ouvertement fataliste et l'absence de surprise m'a un peu pesé.

J'ai plutôt aimé le livre dans l'ensemble, mais j'ai tout de même trouvé qu'il aurait pu être mieux arrangé après la première partie.

A noter que l'oeuvre ne brille pas par un grand féminisme, notamment dans la deuxième partie, dont le titre est "La femme sans coeur". Le personnage visé est la comtesse Fœdora, dont Raphaël était violemment amoureux et à laquelle il consacre une bonne partie des récriminations de son récit. Fœdora ne se distingue certes pas par une compassion exacerbée, mais l'auteur semble la condamner parce qu'elle ne partage pas les sentiments de Raphaël et parce qu'elle désire rester indépendante, point de vue qu'un lecteur moderne aura (heureusement) peu de chance de partager. Balzac met parallèlement en scène le personnage très positif de Pauline, mais celle-ci est tout simplement trop parfaite pour être réelle (ce que le livre reconnaît d'ailleurs).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Vassia



Inscrit le: 11 Mai 2018
Messages: 230

MessagePosté le: Mar Juil 30, 2019 8:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En voici quelques tournures que j'ai bien aimées *Smile*

Balzac (La peau de chagrin) 1831 [Etudes philosophiques]

Chaque suicide est un poème sublime de mélancolie.

[…], il affecta l’air d’un anglais pour qui la vie n’a plus de mystère, […]

Quand le despotisme est dans les lois, la liberté se trouve dans les mœurs, et vice versa.

[…], l’amour est comme le vent, nous ne savons d’où il vient.

Tu me fais douter de la puissance de Dieu car tu es plus bête qu’il n’est puissant, […]

[…] je ne savais pas parler en me taisant, ni me taire en parlant.

[…], le pauvre ne doit se coucher que pour mourir.

Les femmes sans âme n’ont rien de moelleux dans leurs gestes.

Notre conscience est un juge infaillible, quand nous ne l’avons pas encore assassinée.

Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse.

Ma vie a été un trop long silence. Maintenant je vais me venger du monde entier.

La science est vaste, la vie humaine est bien courte.

Ils étaient comme des chrétiens sortant de leurs tombes sans trouver un Dieu dans le ciel.

Les misères s’entendent et se secourent toujours, […]


(La peau de chagrin)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 166923 / 0