Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Littérature érotique
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Discussions Thématiques]
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Sam Nov 03, 2012 11:56 pm    Sujet du message: Littérature érotique Répondre en citant



Avez vous lu des romans dits érotiques, ou contenant quelques scènes relevant de ce genre ?

En conseillerez vous un ?


Quelques chiffres cités dans cet article :
La littérature érotique représenterait 13% des ventes de livres aux Etats-Unis. Un marché de 1,4 milliard de dollars. 8240 titres en 2010.
_________________
Tennis de Table Bordeaux


Dernière édition par theyoubot le Dim Nov 04, 2012 12:47 am; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 12:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

La plupart de mes lectures du genre remontent au début de mon adolescence (toutes en fait, si on excepte Cinquante Nuances de Grey lu cette semaine). Sur le coup, il n'y a que 6 titres qui me viennent.

L'amant, de Marguerite Duras. Magnifique sur le fond et dans la forme, le plus beau récit autobiographique que j'ai lu

Henry and June, d'Anaïs Nin. Sur fond de description (haute en couleurs) de la France de l'entre-deux-guerres, la relation ambivalente de l'auteure avec une amie.

Emmanuelle, d'Emmanuelle Arsan. Histoire banale mais racontée avec un vrai talent. Où peuvent mener l'ennui et une jolie silhouette.

Joy de Joy Laurey. Ecriture soignée mais intrigue sans surprise. Après une rupture douloureuse, l'héroïne déprimée et en mal de repères fait quelques expériences.

Neuf Semaines et demi, d'Elizabeth McNeill. Quasiment la même intrigue et la même écriture que Cinquante Nuances de Grey. La sécheresse du style et le point de vue prosaïque de l'héroïne donnent un cachet d'authenticité inattendu aux scènes coquines.

Histoire d'O de Pauline Réage. Un joli style mais une intrigue plutôt destinée à celles qui apprécient ce type de jeu. Les autres auront plutôt l'impression de lire la description d'une secte, voire d'une tribu exotique.



Remarque : le hasard fait que les romans ci-dessus ont tous fait l'objet d'adaptations cinématographiques. Ces adaptations n'ont qu'un rapport lointain avec l'ambiance et l'histoire des romans.



carabas a écrit:
[Cinquante Nuances de Grey] est-ce quelqu'un (...) a lu aussi Histoire d'O et du coup, peut être amené à comparer?"

Les prémisses relationnelle sont les mêmes. Description plaisante des premiers pas de l'héroïne vers des jeux de soumission. Mais le roman de Pauline Réage est bien mieux écrit et, hélas, bien moins modéré dans l'exploration SM. A mi-livre, on a clairement quitté le pays de bisounours. J'avais zappé la seconde moitié.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5856
Localisation: Sud

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 8:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu Les onze mille verges, d'Apollinaire, mais il y a un peu trop longtemps pour que je puisse en parler. J'avais lu aussi Les chants de Maldoror, de Lautréamont, dont certains passages m'avaient semblé inspirés de l'histoire de Gilles de Rais (tortures sexuelles sur enfants). Ah, et aussi, dans le genre relations SM variété cuir, j'avais lu Les contes de Neveryon de Delany, et, du même Vice versa (ça, je ne m'en souviens plus du tout, sinon que ça m'avait paru pas mal porno). Je ne peux manquer de citer Choke, de Palaniuk, même si c'est plus fun qu'autre chose ;-D. Le Don Juan de Pierre-Jean Rémy, lu aussi, fait un peu le tour des différentes possibilités de jeu érotique. J'avais bien aimé, personnellement, mais j'ai longtemps aimé l'écriture de PJ Rémy, dont je partage la passion pour l'opéra, et le mythe de Don Juan me fascine.

J'ai Justine en e-book, mais je ne l'ai pas lu.
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 8:40 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je me souviens avoir tenté de lire à l'époque Les onze mille verges et Justine. Tous deux reposés au bout de quelques pages tellement ça paraissait inintéressant et mal écrit.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2469
Localisation: Great North

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 9:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a surtout la littérature du XVIIIème , Restif de la Bretonne , Jacques Casanova de Seingalt ou Voltaire et d'autres ont oeuvré dans cette voie en y mêlant systématiquement humour et second degré ; la Fontaine a également écrit quelques contes fort gaillards ; plus proches de nous , Anaïs Nin ou Alain Robbe-Grillet ont exploré des voies transversales .
Mais l'intérêt de tout ceci reste souvent fort anecdotique sur le plan littéraire .
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Anonyme
Invité





MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 5:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai aussi lu 3 pages des onze mille verges et franchement, ça ne m'a pas paru transcendant et je dirai même que la poésie et la beauté étaient bien absentes de cette oeuvre-là alors qu'Apollinaire nous avait habitués à mieux.

Par contre, j'ai étudié en fac Les Lois de l'hospitalité de Pierre Klossowski, et je me souviens avoir été très troublée par une histoire de petite culotte et de main gantée.....Mais c'était terriblement bien écrit, très prise de tête et très intellectualisé.
Ceci dit on a dû l'étudier en classe, hein, et le prof avait choisi le thème de la pornographie dans ce roman, si mes souvenirs sont exacts. C'est dire. *Embarassed*
Revenir en haut de page
Marquise
Marquise de Miaoucha


Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 2968
Localisation: Loire

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 7:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai aussi lu Les onze mille verges et je n'en garde aucun souvenir *Crying or Very sad*

J'ai lu plusieurs livres érotiques, mais le seul dont je me souviens est une lecture relativement récente (il y a 3 ans).
Il s'agissait de Sex and Cie tome 1 de Ania Oz. L'histoire décrivait une école où on apprenait le sexe (si je me souviens bien..). Je n'ai jamais lu les tomes suivants...

Sinon, j'ai un volume Omnibus de la littérature libertine du XVIIIe siècle, et c'est à la fois égrillard et admirablement bien écrit ! (D'ailleurs faut que je le retrouve, je ne sais pas où il est passé, et ça m'énerve car je n'ai pas tout lu *Twisted Evil* )
_________________
J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soleil*
Super Nov-A


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 5272
Localisation: deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin...

MessagePosté le: Dim Nov 04, 2012 9:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Deux lectures de ce genre me restent en mémoire (peut-être y en a t'il eu d'autres, mais en ce cas je les ai vraiment zappées !) :
- les infortunes de la belle au bois dormant, d'Ann Rice : lu le T1 et survolé les 2 suivants. Très très long et toujours la même chose de bout en bout.
- un livre dont je n'ai pas retenu le nom, dont je n'ai pas non plus retenu le scénario hormis que des femmes y choisissaient volontairement d'être asservies et traitées comme des chevaux (harnachées et attelées), et qui m'a laissé frustrée car ayant tenu jusqu'au bout pour connaître le dénouement j'ai eu la mauvais surprise de voir que le texte se finissait au milieu d'une phrase... (problème d'édition visiblement, je pense qu'il devait manquer quelques chapitres !). Je pense que la seule raison pour laquelle j'ai retenu cette lecture est cette frustration due à l'amputation de la fin du texte...
_________________
Il s’évanouit tout doucement à commencer par le bout de la queue,
et finissant par sa grimace qui demeura quelque temps après que le reste fut disparu.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Lun Nov 05, 2012 12:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ca me revient, j'ai lu le tome 3, La Libération.
Il y avait des pirates, un sultan, un harem. J'avais aimé les dix premières pages, lu en diagonale les cent suivantes puis balancé le bouquin. Pas la moindre épaisseur psychologique. Je me souviens d'une succession athlétique de parties de jambes en l'air, genre une toutes les deux pages. Sans intérêt.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
krys



Inscrit le: 14 Aoû 2003
Messages: 4459
Localisation: à l'ouest

MessagePosté le: Lun Nov 05, 2012 10:08 am    Sujet du message: Répondre en citant

aucun souvenir, à part l'Amant, que je n'ai jamais pu finir tellement je le trouvais ennuyeux.
Si je tombe sur des passages érotiques dans les romans que je lis, j'ai tendance à zapper. Ca fait un peu le même effet que la pub à la télé ^^
_________________
Fantasy can become reality (Stratovarius).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5820
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Lun Nov 05, 2012 1:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ca me fait penser aux quelques scènes sexuelles des "Jardins statuaires", qui sont décrites d'une façon telle qu'elles en perdent tout érotisme (au profit d'une certaine poésie).

Je ne suis pas fan des scènes de Q dans les romans, surtout qu'elles sont généralement trop développées par rapport à leur importance dans l'histoire.
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
Et maintenant, j'ai un blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Lun Nov 05, 2012 5:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Crazy a écrit:
Je ne suis pas fan des scènes de Q dans les romans

Dans les romans non érotiques, je déteste les scènes de lit. Dans les films non érotiques : idem. Je prends la télécommande et je fais avance rapide. Je ne connais rien de plus minable au cinéma que les scènes d'amour des films grand public.


Dans les deux cas, la raison est la même : il s'agit toujours de la même scène. Une scène qu'on a déjà vue des centaines de fois et qu'on sert encore et encore avec des variantes minimes. Dans le cinéma US, la standardisation est due à la codification par la MPAA des plans acceptables. Dans les romans, la standardisation vient peut être du manque d'intérêt des auteurs. Ils se contentent de copier ce qu'ils ont lu.


Par contre, pour moi les scènes lestes des romans érotiques peuvent fonctionner. C'est d'ailleurs la moindre des choses.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Marquise
Marquise de Miaoucha


Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 2968
Localisation: Loire

MessagePosté le: Lun Nov 05, 2012 7:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai retrouvé aussi dans ma bibliothèque (en cherchant mes romans libertins) un roman érotique du même genre que les Livres-dont-vous-êtes-le-héros car à chaque fin de chapitre on peut choisir la porte où l'on veut se rendre ensuite. De plus, il y a deux entrées dans ce roman : une pour les femmes, une pour les hommes.
Il s'agit de Derrière la porte d'Alina Reyes.

pas lu en entier...faudra que je retente !
_________________
J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1089
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Nov 07, 2012 10:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais lu il y a quelque temps le début de Histoire d'O (ceux qui l'ont lu, vous devriez aller donner vos avis sur le sujet du livre, il n'a jamais eu de réponse depuis son lancement en 2004, c'est curieux...). Je ne suis pas allé très loin, parce que je n'appréciais pas tellement les pratiques SM décrites, mais je garde un bon souvenir de l'écriture, un mélange étrange et réussi entre un univers presque de conte et un style froid, voire glaçant (c'est tout *sauf* du style porno comme on l'imagine). Je lirai peut-être la suite un jour.

Bon, j'ai aussi mis le nez dans Sade, naturellement (c'est curieux que personne n'ait pensé à lui avant). Pas tellement aimé, ni le contenu ni le style. Je n'ai pas détesté non plus, hein, mais bon, ça a vieilli dans le type de subversion que ça essaie de mettre en oeuvre, et sexuellement ce n'est pas mon truc, tout simplement. Là encore j'essaierai peut-être d'en lire un en entier un jour, histoire de connaître.

Parmi les livres non érotiques mais avec des scènes érotiques, j'ai un assez bon souvenir de celles qui se trouvent dans La Nuit des temps de Barjavel (un roman de SF). Elles sont métaphoriques, pas conçues pour exciter les lecteurs, et bien écrites, quoique un peu surannées.

Plus récemment, j'ai lu pas mal de choses dans "Eros émerveillé : anthologie de la poésie érotique française". Très inégal selon les auteurs, mais il y a de très beaux poèmes (cf. mon avis détaillé dans le sujet idoine).

En poésie érotique, Verlaine est très doué (Fêtes galantes, Les Amies). Il a aussi écrit de la poésie porno (Hombres, Femmes) inégale mais franchement pas si mal à côté des torchons que j'ai pu lire de la part notamment d'Apollinaire je crois...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5856
Localisation: Sud

MessagePosté le: Jeu Nov 08, 2012 5:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Tybalt a écrit:
J'avais lu il y a quelque temps le début de Histoire d'O (ceux qui l'ont lu, vous devriez aller donner vos avis sur le sujet du livre, il n'a jamais eu de réponse depuis son lancement en 2004, c'est curieux...).

Bon, j'ai aussi mis le nez dans Sade, naturellement (c'est curieux que personne n'ait pensé à lui avant).

En poésie érotique, Verlaine est très doué (Fêtes galantes, Les Amies). Il a aussi écrit de la poésie porno (Hombres, Femmes) inégale mais franchement pas si mal à côté des torchons que j'ai pu lire de la part notamment d'Apollinaire je crois...

Si, il y a à présent une réponse au sujet sur le Réage. En ce qui concerne le divin marquis, j'ai dit que j'avais Justine dans ma PAL électronique *Wink* , il me paraît difficile de ne pas citer Sade dans ce domaine !

En terme de poésie gay, il faut lire Cocteau, qui a des images superbes (même si je ne recommande pas plus que ça son Livre blanc, exclusivement consacré au sexe gay, mais c'est peut-être parce que je suis extérieure au sujet, si j'ose dire ;-D). Et bien sûr d'accord sur Verlaine !
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2469
Localisation: Great North

MessagePosté le: Jeu Nov 08, 2012 7:50 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sans oublier les Stupra de Rimbaud , Les bijoux ou Une charogne de Baudelaire .

Et puis , certaines pages de Colette vous feraient rougir un hussard .
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Jeu Nov 08, 2012 12:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A ce propos, quelqu'un aurait lu "Claudine en ménage", de Colette (1902) ? Le style serait, parait il, assez poétique et l'évolution psychologique de l'héroïne bien décrite.
Ce deuxième critère fait pour moi toute la différence entre un bon et un mauvais roman, particulièrement dans ce genre ci.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5856
Localisation: Sud

MessagePosté le: Lun Nov 12, 2012 6:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'ai lu, comme la plupart des Colette. Pour moi, ce n'est pas son meilleur, et de loin, même si c'est sans doute le moins mauvais des Claudine.

C'est vrai que l'auteure a souvent abordé le thème de la sensualité et de la sexualité dans ses bouquins, ce qui était assez osé pour l'époque. Il n'est que de songer au Blé en herbe (initiation sexuelle d'un ado par une femme mûre), à Chéri, ou surtout à Le pur et l'impur (dont le premier titre prévu était "Ces plaisirs"), qui est une réflexion au sujet de la place des sens et de la sexualité et des différentes formes qu'ils peuvent prendre selon les gens.
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Lun Nov 12, 2012 7:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Lisbeï a écrit:
Je l'ai lu, comme la plupart des Colette. Pour moi, ce n'est pas son meilleur, et de loin

Dans ce cas, je vais m'abstenir.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1089
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Nov 12, 2012 8:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Lisbeï a écrit:
En ce qui concerne le divin marquis, j'ai dit que j'avais Justine dans ma PAL électronique *Wink* , il me paraît difficile de ne pas citer Sade dans ce domaine !


Ouf, je me disais bien que j'avais dû mal lire quelque part *Mr. Green*

Lisbeï a écrit:
En terme de poésie gay, il faut lire Cocteau, qui a des images superbes (même si je ne recommande pas plus que ça son Livre blanc, exclusivement consacré au sexe gay, mais c'est peut-être parce que je suis extérieure au sujet, si j'ose dire ;-D). Et bien sûr d'accord sur Verlaine !


Ah ben merci pour la référence, je ne connaissais pas du tout ces textes de Cocteau (que d'ailleurs j'ai beaucoup trop peu lu, tss, tss).
Bon, par contre, pour mémoire, Verlaine ne peut pas vraiment se résumer à l'étiquette de "poésie gay", même pas dans ses poèmes porno (puisqu'il y est question d'hommes et de femmes, le monsieur était bi).

Dans le genre poésie érotique, mais nettement plus soft que le porno verlainien (c'est vraiment de l'érotisme), il y a aussi les belles Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs, un joli pastiche de poésie grecque antique façon Sapho (au départ c'était une mystification littéraire, il avait fait passer son recueil pour l'édition d'un texte fraîchement retrouvé *Very Happy* ).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
krys



Inscrit le: 14 Aoû 2003
Messages: 4459
Localisation: à l'ouest

MessagePosté le: Mar Nov 13, 2012 12:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

De Colette, je me souviens avoir lu Claudine à l'école (j'avais 12 ans, je crois bien) et c'est ce livre qui m'a fait découvrir Pierre Louÿs. Mais bof, quoi.
_________________
Fantasy can become reality (Stratovarius).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5856
Localisation: Sud

MessagePosté le: Mar Nov 13, 2012 8:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Claudine à l'école est très très bof. Pierre Louÿs et ses Chansons de Bilitis... j'aime autant lire Sapho, quitte à le faire en traduction, n'ayant jamais appris le grec.

Et à propos de Verlaine je répondais à ton post précédent sur la poésie érotique en général, pas seulement gay.
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mouton



Inscrit le: 01 Oct 2012
Messages: 13

MessagePosté le: Mer Nov 14, 2012 9:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu pas mal de roman dit érotique et personnellement, ce n'est pas à se rouler par terre mais ce n'est pas trop cru non plus donc ils sont simpas *Smile* (sachant que c'est une bonne série de bouquin des éditions harlequins...)

Personnellement je conseillerais La morsure de la passion de Michele Hauf qui est plutôt agréable à lire pour tout amateur de fantastique

Ou bien alors La duchesse insoumise de Christine Merril, ne vous méprenez pas ! ce roman m'est beaucoup de temps à se mettre en place avant... j'ai beaucoup aimé celui-ci !

et le dernier serait plutôt: la rose écarlate de Leslie Kelly, bon dans celui-ci on voit beaucoup plus l'idée de romans érotiques que les autres

Je me sens un peu en retrait avec mes romans d'aujourd'hui... Il va falloir que je reconsidère mes lectures... *Wink*

Et pour Verlaine: Oui, je suis d'accord avec Lisbeï ! Verlaine à eut bien avant des aventures enfin que dis-je... des relations qui ont duré avec deux femmes (je crois...) Il doit bien y avoir des poèmes érotiques avec les femmes !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Sam Juil 20, 2013 9:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le point de vue masculin

Si les titres récents du genre visent, comme je le pense, un lectorat féminin, pourquoi ne choisissent-ils pas de nous faire vivre le récit via un personnage masculin ? Après tout, pour une femme, le "point de vue" masculin est beaucoup plus érotique.

Au lieu de ça, tous ces romans nous racontent les émois de l'héroïne. Emois dont je me fiche comme de ma première dent de lait. Dans Sidhe, chaque fois que je lisais que l'héroïne sentait "un frisson exquis entre ses cuisses" ou une autre information vitale de ce genre, j'avais envie d'envoyer un mail furieux à Sandy Williams lui demandant de nous raconter ce que lui ressent.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Jaipadepseudo
Barbatruc


Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 3012

MessagePosté le: Sam Juil 20, 2013 10:54 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bah un frisson exquis entre les jambes...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Sam Juil 20, 2013 10:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mais tu n'es pas Sandy Williams.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Dim Juil 21, 2013 11:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A la réflexion, peut être que ces romans sont écrits par des hommes sous des noms de plume féminins.

D'autres considérations au sujet de l'érotisme sur le forum à "sexe et violence en SF/fantasy"
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2469
Localisation: Great North

MessagePosté le: Lun Juil 22, 2013 12:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

theyoubot a écrit:
A la réflexion, peut être que ces romans sont écrits par des hommes sous des noms de plume féminins.


Ou l'inverse ?
Gérard de Villiers serait une femme ?

Après tout , dans la compréhension de l'autre , le travestissement constitue une stratégie majeure comme l'avait compris un certain Richard Francis Burton , célébré entre autres par Farmer :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Francis_Burton
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Lun Juil 22, 2013 3:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

Hoël a écrit:
Ou l'inverse ?
Gérard de Villiers serait une femme ?

C'est curieux que tu parles de lui parce que j'ai justement pensé à lui en écrivant mon message. Une fois sa production industrielle lancée, je ne crois pas que Gérard de Villiers ait continué à écrire. Vu le chiffre d'affaires que ça représentait, il devait diriger une équipe et superviser. Que l'équipe de nègres ait été mixte afin d'assurer aux scènes coquines une audience maximale n'a rien d'improbable.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2469
Localisation: Great North

MessagePosté le: Lun Juil 22, 2013 8:49 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai entendu une longue interview de lui récemment , en tout cas , pour tout le côté journalistique de documentation des S.A.S. , ce serait toujours lui qui s'y collerait .
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Lun Juil 22, 2013 10:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

L'enquête sur le terrain implique beaucoup de voyages dans des pays lointains, des séjours dans des hôtels luxueux, les meilleurs restaurants etc. Tout ça virtuellement gratuit puisque déclaré en frais de déplacements et de recherches documentaires. Il aurait été idiot de s'en priver.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Turb
Evangélisateur multiusage


Inscrit le: 26 Sep 2004
Messages: 717
Localisation: Derrière un livre

MessagePosté le: Mar Juil 23, 2013 11:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il a sans doute un bataillon de "nègres" qui travaillent pour lui. Il fixe la trame, donne le cahier des charges (citer un meuble moche Claude Dalle, utiliser l'expression "un ange passe", une scène de torture, trois scènes de sexe, une scène de torture avec du sexe, etc.). Mais j'ai déjà entendu plusieurs fois que l'aspect espionnage de ces romans de gare (garanti pur à 100%) était très bien documenté.

Sur l'aspect érotique, la particularité des SAS est bien sûr leur capacité à trouver des choses qui n'ont pas été faites dans les 2000 épisodes précédents (idem pour la torture, la torture avec du sexe et la variation de l'expression "un ange passe"). Du coup, ça va vite dans le très bizarre.

Bon, je dis ça, j'en ai pas lu depuis près de dix ans.
_________________
En cours de lecture : Le Mythe de Sisyphe, d'Albert Camus
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Mer Juil 24, 2013 3:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Turb a écrit:
Sur l'aspect érotique, la particularité des SAS est bien sûr leur capacité à trouver des choses qui n'ont pas été faites dans les 2000 épisodes précédents

.. une mission sans doute impossible pour Son Altesse Sérénissime. Mais je garde le souvenir d'un point de vue masculin détaillé (les propres sensations du personnage) qui me semblait apte à séduire un lectorat féminin et donc, pourquoi pas, rédigé par une collaboratrice plutôt que par un collaborateur. Idem pour le fait de ne donner du désir féminin qu'un aperçu extérieur et finalement assez partiel (une lectrice n'ayant pas envie de plus informations sur cet aspect de la scène, c'est l'homme qui est intéressant). Mais je peux me tromper. Ca peut aussi être une maladresse de conception qui a abouti par hasard à une qualité.

De même, les romans de bit-lit évoqués plus haut sont peut être dus à des femmes qui aiment décrire le désir sexuel des femmes. Mais cela me semblerait un tantinet étrange.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Ven Jan 10, 2014 7:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

A partir de combien de pages coquines classez vous un roman comme érotique ?

Je viens de relire La Mémoire dans la peau, de Ludlum. Un roman d'espionnage avec de nombreux détails qui font très "années 80" (voire kitsch).
Le livre contient aussi une scène où le héros fait l'amour avec sa dulcinée. Les ébats sont décrits avec un luxe de détails quasi pornographique, chose courante dans les années 80.
Bien sûr, ça ne représente qu'une seule page dans un roman par ailleurs parfaitement chaste. La Mémoire dans la peau est un roman d'espionnage.

A partir de quel pourcentage de pages coquines classeriez vous un roman comme érotique ? 10 pages ? 50 pages ?
Ou, si ce critère quantitatif vous semble inadéquat, en voyez vous un autre plus pertinent ? Il y a des romans qui parlent beaucoup de sexe mais peu du désir. Les ébats sont froids, calculés, motivés par des émotions qui n'ont rien à voir avec l'attirance physique. Comme les romans de Brett Easton Ellis. Je n'y vois rien d'érotique (*). Ils montrent une facette déprimante de la sexualité. Dans Lune de fiel, il n'y a pas de scènes érotiques à proprement parler mais l'instrumentalisation de la sexualité pour cimenter ou détruire un couple est au centre du récit. J'aurais tendance à penser qu'un roman qui ne parle pas du désir n'a rien d'érotique (*), même s'il montre beaucoup de sexe.


* dans le sens de l'adjectif aussi bien qu'en tant que registre littéraire
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tango's
Invité





MessagePosté le: Dim Jan 12, 2014 10:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai l'impression que les auteurs britaniques vont encore plus loin dans le sexe. J'ai lu pas mal de Graham Masterton et l'auteur se plaît à donner des détails. Je rajouterai à cela Clive Barker et son magnifique roman fantastique "Coldhaert Canyon". Il a même écrit un roman sur ses fantasmes, l'auteur étant homosexuel, "Sacements". Mais là on s'éloigne de l'érotisme pour la pornographie.
Il y a une écrivaine française qui écrit des romans érotiques. Je n'en n'ai jamais lu. Elle s'appelle Juliette Di Cen et publie uniquement en format numérique.
Revenir en haut de page
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2469
Localisation: Great North

MessagePosté le: Dim Jan 12, 2014 1:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je recommande dans ce domaine Richard Morgan , que ce soit pour la trilogie de Takeshi ou celle en cours en Fantasy chez Bragelonne , il traite ces scènes comme des scènes de baston , au 2ème degré , c'est hilarant .
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Dim Jan 12, 2014 5:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tango's a écrit:
J'ai l'impression que les auteurs britaniques vont encore plus loin dans le sexe. J'ai lu pas mal de Graham Masterton et l'auteur se plaît à donner des détails. Je rajouterai à cela Clive Barker et son magnifique roman fantastique "Coldhaert Canyon"

Est ce que ces scènes sont dues à une influence surnaturelle ? Et si ce n'est pas le cas, sont elles correctement amenées, avec un contexte psychologique plausible ?
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tango's
Invité





MessagePosté le: Lun Jan 13, 2014 8:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

theyoubot a écrit:
j' a écrit:
J'ai l'impression que les auteurs britaniques vont encore plus loin dans le sexe. J'ai lu pas mal de Graham Masterton et l'auteur se plaît à donner des détails. Je rajouterai à cela Clive Barker et son magnifique roman fantastique "Coldhaert Canyon"

Est ce que ces scènes sont dues à une influence surnaturelle ? Et si ce n'est pas le cas, sont elles correctement amenées, avec un contexte psychologique plausible ?

Bah, ça dépend pour le cher Graham. Des fois, c'est entre vivant, des fois... hum, j'ai encore en tête un des passages de "Le démon des morts".
Pour Clive Barker, c'est pareils, il y a un peu des deux.
Dans les deux cas, je dirais que c'est amené d'une façon naturelle et donc plausible.
Revenir en haut de page
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Mar Jan 14, 2014 5:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dans l'exemple que tu juges le plus réussi :

- est ce que ça remet en question le classement du roman dans le genre "épouvante" ?

- la ou les scènes en question représentent combien de pages du roman ?

- l'évolution psychologique du/des personnage(s) concerné(s) les conduisant à la ou les scènes en question est elle anecdotique ? Ou est ce au contraire essentiel à la description psychologique du personnage ?
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tango's
Invité





MessagePosté le: Mar Jan 14, 2014 8:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

theyoubot a écrit:
Dans l'exemple que tu juges le plus réussi :

Je vais donc essentiellement axer mes réponses sur Coldheart Canyon.

theyoubot a écrit:
- est ce que ça remet en question le classement du roman dans le genre "épouvante" ?

Non. Coldheart Canyon est axé sur le fantastique et non l'épouvante. Si le genre rêverie existerait, il serait dedans. Clive Barker s un monde bien à lui. On est d'avantage basé sur de l'imaginaire. Par contre, pour Graham Masterton, je vois d'avantage comme du "bonus". Il arrive parfois que le sexe prend le dessus sur l'histoire et là, c''est chiant.

theyoubot a écrit:
- la ou les scènes en question représentent combien de pages du roman ?

Je ne sais pas trop. Je dirais 4 à 6 pages maximum. Peut-être un poil de plus.

theyoubot a écrit:
- l'évolution psychologique du/des personnage(s) concerné(s) les conduisant à la ou les scènes en question est elle anecdotique ? Ou est ce au contraire essentiel à la description psychologique du personnage ?

Elle est essentielle à l'histoire dans le cas de Coldheart Canyon. Pour Graham Masterton, je dirais anecdotique.
Revenir en haut de page
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Discussions Thématiques] Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 149248 / 0