Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Tarass Boulba - Nicolaï Gogol

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
0%
 0%  [ 0 ]
Beaucoup
0%
 0%  [ 0 ]
A la folie
0%
 0%  [ 0 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 0

Auteur Message
Vassia



Inscrit le: 11 Mai 2018
Messages: 321

MessagePosté le: Mer Aoû 07, 2019 2:31 pm    Sujet du message: Tarass Boulba - Nicolaï Gogol Répondre en citant

Si vous cherchez du dépaysement et un récit dynamique laissant toutefois de la place à l'imaginaire, je vous conseille Tarass Boulba de Nicolaï (Nicolas ça va aussi *Wink*) Gogol *Smile*

Je ne savais pas trop dans quoi je m'embarquais en appuyant sur "play" (je l'ai écouté) hé bien je n'ai pas été déçu.
D'ailleurs j'y repense souvent, tant à l'histoire elle-même, qu'à l'ambiance générale ou encore qu'à la façon dont elle est racontée (le style quoi).

Ce qui m'a vraiment plu dans ce roman c'est que tout se passe dans un ailleurs, un hors de nous : la steppe quelque part en Ukraine, il y a de l'espace, des guerriers...

Le récit démarre sur les chapeaux de roues, sans s'embarrasser de longues descriptions ou que sais-je, direct de l'action avec notre héros, Tarass Boulba
qui accueille ses fils revenus d'après une longue absence au séminaire où ils en fait leurs études.

Accueil de guerrier, sous les lamentations de sa femme, il leur cherche querelle afin d'en tester l'orgueil et l'aptitude physique *Wink*

"– Mais il se bat fort bien, disait Boulba s’arrêtant. Oui, par Dieu ! très bien, ajouta-t-il en rajustant ses habits ; si bien que j’eusse mieux fait de ne pas l’essayer. Ça fera un bon Cosaque.
Bonjour, fils ; embrassons-nous. »

Et le père et le fils s’embrassèrent.
« Bien, fils. Rosse tout le monde comme tu m’as rossé ; ne fais quartier à personne. Ce qui n’empêche pas que tu ne sois drôlement fagoté.
Qu’est-ce que cette corde qui pend ? Et toi, nigaud, que fais-tu là, les bras ballants ? dit-il en s’adressant au cadet. Pourquoi, fils de chien, ne me rosses-tu pas aussi ? [...]


HS : Cet accueil m'a rappelé l'accueil que Heathcliff fait à son fils dans les Hauts de Hurlevent *Mr. Green*

Et hop c'est parti, il les emportent tous-deux vers un avenir de guerrier, loin de leur mère, d'abord rejoindre la setch (camp de raliement des Zaporogues, les guerriers cosaques) puis n'importe où, quelque part où l'envie de combattre poussera ces hommes vivant pour en découdre...

Tarass et ses fils connaîtront des destins divers mais comme nous le confie Gogol "jamais Zaporogue ne mourut de mort naturelle."

Il y a de tout dans ce court roman : de l'action, de l'amour, l'honneur, les croyances...

C'est bien différent des autres choses de Gogol que j'avais pu lire (Le Nez, Le Manteau), voici un roman qui nous embarque, on n'a qu'à se laisser porter par la vigueur de notre héros *Smile*


En voici quelques tournures :


Et voyez-vous ce sabre ? voilà votre mère.

Chez nous, dans la steppe, à chaque bout de champ, un Cosaque.

Maintenant, d’après la culture chrétienne, il faut nous asseoir avant de partir.

[…] qui n’ont rien à eux, parce qu’on leur fournit tout.

[…] jamais Zaporogue ne mourut de mort naturelle.

[…] un jeune homme ne peut avoir l’opinion d’un vieillard, car il voit les mêmes choses avec d’autres yeux.

Comment voulez-vous qu’un homme ne boive pas quand il n’a rien à faire ?

Le Polonais n’a pas de cervelle, il ne sait pas supporter les injures, […]

[…], en temps de guerre, il n’est pas permis d’hésiter.

Quelques balles allèrent frapper les bœufs de l’armée, qui regardaient stupidement le combat.

Ce sont des hommes, mais pas les mêmes hommes.

C’est moi qui t’ai donné la vie, c’est moi qui te tuerai.

Si l’aigle doit arracher les yeux à ton cadavre, que ce soit l’aigle de nos steppes, […]

Un juif ne conduirait pas un tonneau vide ; […]

[…] tout ce qu’il y a de mauvais retombe toujours sur le juif ; [...]




Extrait du wikipedia consacré à Gogol : " Nommé professeur adjoint d'histoire à l'université de Saint-Pétersbourg en juillet 1834, ses premiers cours (auxquels assistera Ivan Tourgueniev) entraînent l'enthousiasme des étudiants. Son intérêt pour l'histoire comme sa popularité en tant que professeur s'éteignent cependant rapidement."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 201894 / 0