Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Fêtes galantes - Verlaine

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Poésie
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous souvient-il de ces pages anciennes ?
Pourquoi faudrait-il donc qu'il m'en souvienne ?
0%
 0%  [ 0 ]
Bonsoir la Lune ! Ce n'était pas mal.
0%
 0%  [ 0 ]
Elles ont induit mon coeur subtil. Ainsi soit-il !
0%
 0%  [ 0 ]
Cléopâtre fut moins aimée, oui, sur ma foi ! Par Marc-Antoine et par César qu'elles par moi !
100%
 100%  [ 1 ]
Total des votes : 1

Auteur Message
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1036
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2012 9:29 pm    Sujet du message: Fêtes galantes - Verlaine Répondre en citant

Argh, je cauchemarde : pas un seul sujet sur Verlaine ? Scandale ! (Et je n'ai pas parlé de Rimbaud...)
Eh bien, il faut que je vous fasse (re)découvrir pour commencer cette petite merveille qu'est Fêtes galantes, recueil découvert au lycée, redécouvert à la fac, adoré, re-adoré, lu et relu avec plaisir !

Fêtes galantes, ce sont des poèmes de longueur variable mais en général assez courts (disons une petite page), et dans des formes et des mètres divers, qui se passent dans un univers de galanterie idéalisée, plus ou moins érotique (mais toujours subtilement), et qui mettent en scène des personnages de jeunes amants et de jeunes dames ainsi que des masques de théâtre de commedia dell'arte (Arlequin, Scaramouche, Colombine, Pulcinella).

Verlaine s'amuse avec eux et s'amuse d'eux, eux-mêmes se trompent les uns les autres et se trompent eux-mêmes en même temps : ce sont des amours légères, faussement sérieuses, promptes aux exagérations, aux langueurs calculées, aux agaceries érotiques, mais qui ont tôt fait de se changer en piège : de serments en caresse, on risque se prendre au jeu de la sensualité et de l'amour. La fin est plus sombre, mais est-ce que ça ne finit pas toujours mal, ces petits jeux-là ?

La langue est soignée sans être hermétique, les vers sont légers, on est souvent à deux doigts de la chanson, c'est Verlaine en pleine forme, et c'est beau. Lisez-le, je le veux !

Le texte est sur Wikisource ici, et trouvable dans toutes sortes d'éditions bien faites en poche.

Le début :



CLAIR DE LUNE


Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques,
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur
L’amour vainqueur et la vie opportune,
Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.



PANTOMIME


Pierrot, qui n’a rien d’un Clitandre,
Vide un flacon sans plus attendre,
Et, pratique, entame un pâté.

Cassandre, au fond de l’avenue,
Verse une larme méconnue
Sur son neveu déshérité.

Ce faquin d’Arlequin combine
L’enlèvement de Colombine
Et pirouette quatre fois.

Colombine rêve, surprise
De sentir un cœur dans la brise
Et d’entendre en son cœur des voix.



SUR L’HERBE


— L’abbé divague. — Et toi, marquis,
Tu mets de travers ta perruque.
— Ce vieux vin de Chypre est exquis
Moins, Camargo, que votre nuque.

— Ma flamme… — Do, mi, sol, la, si,
L’abbé, ta noirceur se dévoile !
— Que je meure, mesdames, si
Je ne vous décroche une étoile !

— Je voudrais être petit chien !
— Embrassons nos bergères, l’une
Après l’autre. — Messieurs, eh bien ?
— Do, mi, sol. — Hé! bonsoir la Lune !



L’ALLÉE


Fardée et peinte comme au temps des bergeries,
Frêle parmi les nœuds énormes de rubans,
Elle passe sous les ramures assombries,
Dans l’allée où verdit la mousse des vieux bancs,
Avec mille façons et mille afféteries
Qu’on garde d’ordinaire aux perruches chéries.
Sa longue robe à queue est bleue, et l’éventail
Qu’elle froisse en ses doigts fluets aux larges bagues
S’égaie un des sujets érotiques, si vagues
Qu’elle sourit, tout en rêvant, à maint détail.
— Blonde, en somme. Le nez mignon avec la bouche
Incarnadine, grasse, et divine d’orgueil
Inconscient. — D’ailleurs plus fine que la mouche
Qui ravive l’éclat un peu niais de l’œil.



A LA PROMENADE


Le ciel si pâle et les arbres si grêles
Semblent sourire à nos costumes clairs
Qui vont flottant légers avec des airs
De nonchalance et des mouvements d’ailes.

Et le vent doux ride l’humble bassin,
Et la lueur du soleil qu’atténue
L’ombre des bas tilleuls de l’avenue
Nous parvient bleue et mourante à dessein.

Trompeurs exquis et coquettes charmantes
Cœurs tendres mais affranchis du serment
Nous devisons délicieusement,
Et les amants lutinent les amantes

De qui la main imperceptible sait
Parfois donner un soufflet qu’on échange
Contre un baiser sur l’extrême phalange
Du petit doigt, et comme la chose est

Immensément excessive et farouche,
On est puni par un regard très sec,
Lequel contraste, au demeurant, avec
La moue assez clémente de la bouche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2406
Localisation: Great North

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2012 1:05 am    Sujet du message: Répondre en citant

Plus séduit par la poésie en prose de Baudelaire et de Rimbaud que par le choix de l'impair de Verlaine , il eût mieux valu pour lui de naître au temps du free jazz .
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5745
Localisation: Sud

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2012 5:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai honte, mais si je suis très fan d'Apollinaire, je suis assez peu sensible à Verlaine, et guère plus à Rimbaud. J'ai honte, je l'ai dit...
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1036
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2012 7:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Rhôôôô vous ne savez pas ce qui est bon *Smile*
Hoël, dans le genre poésie en prose, tu as été voir Gaspard de la Nuit d'Aloysius Bertrand ? C'est un très beau recueil (surtout la partie "La Nuit et ses prestiges"), il faudra que je lui ouvre un sujet un de ces jours.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Poésie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 140873 / 0