Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'Education Sentimentale - Gustave Flaubert

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
25%
 25%  [ 1 ]
Beaucoup
25%
 25%  [ 1 ]
A la folie
25%
 25%  [ 1 ]
Pas du tout
25%
 25%  [ 1 ]
Total des votes : 4

Auteur Message
Outremer



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 825
Localisation: France

MessagePosté le: Ven Oct 08, 2010 4:36 am    Sujet du message: L'Education Sentimentale - Gustave Flaubert Répondre en citant

L'éducation sentimentale raconte l'histoire de Frédéric Moreau, un jeune homme qui va être saisi pour une femme mariée et plus âgée - Mme Arnoux - d'une passion qui ne l'abandonnera jamais et qu'il ne réussira pourtant jamais à faire aboutir.

L'histoire se déroule de 1840 à 1851, avec une conclusion en 1867. On ne peut pas dire qu'il s'y passe grand-chose... mais c'est normal puisque le roman raconte en fin de compte la manière dont Frédéric va rater son existence par passivité et par mollesse. Il va rester spectateur des évènements politiques de son époque (qui incluent la révolution de 48 et le coup d'état de 51) ; il va laisser filer toutes les opportunités qui s'offrent à lui de devenir un personnage important et puissant ; il va se montrer incapable de nouer une relation sentimentale sincère et solide avec l'une des quatre femmes avec lesquelles ce serait possible.

Frédéric, d'après ce que j'ai compris, est assez nettement inspiré de Flaubert lui-même, qui transpose dans ce roman une relation qu'il a lui-même eu avec une femme plus âgée. C'est un personnage frustrant, que - contrairement à Meneldur - je trouve davantage tête à claques qu'Emma Bovary (la vie lui offre autrement plus de chances d'obtenir ce qu'il désire). Son obsession pour Mme Arnoux est son seul sentiment à la fois significatif et durable. Elle semble parfois diminuer, mais finit toujours par rejaillir et décide de beaucoup de ses actions. Pour le reste, Frédéric se contente de vivre au jour le jour avec un manque d'énergie désespérant.

Frédéric est donc quelqu'un d'objectivement ennuyeux et pourtant, d'une certaine manière, cette absence de dynamisme (et l'absence de réussite qu'elle engendre) en fait un personnage plus réaliste que beaucoup de ceux qu'on trouve dans les romans d'autres auteurs de l'époque. Ce réalisme s'applique également aux personnages qui l'entourent, qui se distinguent très rarement par une grandeur quelconque. Le réalisme de Flaubert est une médiocrité dont l'omniprésence finit par être assez glauque.

L'éducation sentimentale est apparemment une sorte de réponse au Lys dans la vallée de Balzac (ce sont deux livres que j'ai lus au lycée et qui ne m'ont laissé virtuellement aucun souvenir, sinon que j'avais tendance à les confondre). Au-delà du scénario (jeune homme amoureux d'une femme plus âgée), j'ai aussi eu le sentiment que Flaubert satirisait quelque peu les jeunes héros avides d'ascension sociale chers à Balzac.


Pour conclure sur un point de vue plus subjectif, je dois reconnaître que le livre ne m'a pas franchement passionné. Flaubert atteint indiscutablement son but... mais le problème, c'est que ce but est de décrire une vie creuse, passive et manquée. Il y a bien sûr très peu de sentiment de progression. La vie de Frédéric stagne, marquée par des évènements quelconques. Il y a un nombre invraisemblable de scènes où on le voit participer à un repas avec des amis ou des relations (et j'ai beau être un fieffé goinfre, ça lasse après la deuxième fois).
La fin du livre (ce qui se passe fin 1851 et la conclusion 16 ans plus tard) m'a cependant bien plu. L'insuccès de Frédéric cesse d'être frustrant en devenant définitif. Cette fin est pleine d'une profonde mélancolie, que j'ai trouvée de très bonne qualité. J'ai eu plaisir à terminer ainsi ce livre, même si mon impression d'ensemble reste un peu mitigée.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Meneldur
Summerland's Runner


Inscrit le: 27 Juin 2003
Messages: 336

MessagePosté le: Ven Oct 08, 2010 10:45 pm    Sujet du message: Re: L'Education Sentimentale - Gustave Flaubert Répondre en citant

Concernant Frédéric, je suppose que c'est surtout affaire de goûts. J'ai toujours été attiré par les perdants, que ce soit le destin ou leurs propres faiblesses qui les conduisent au fond du caniveau.

Bon, je vais me répéter, mais : meilleur roman de Flaubert selon moi (quoiqu'il me reste à lire Bouvard et Pécuchet).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Outremer



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 825
Localisation: France

MessagePosté le: Ven Oct 08, 2010 11:31 pm    Sujet du message: Re: L'Education Sentimentale - Gustave Flaubert Répondre en citant

Meneldur a écrit:
Concernant Frédéric, je suppose que c'est surtout affaire de goûts. J'ai toujours été attiré par les perdants, que ce soit le destin ou leurs propres faiblesses qui les conduisent au fond du caniveau.


Je pense aussi que les points de vue sur les personnages littéraires sont souvent très subjectifs. Personnellement, Frédéric m'agace d'autant plus que je reconnais en lui des défauts que je possède.

Cela étant dit, ce n'est pas tant le personnage lui-même que son histoire (fort peu remplie) que je trouve pénible.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1192
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Oct 09, 2010 10:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Déplacé depuis "Que lisez-vous en octobre 2010 ?" :
Oui, c'est normal d'avoir l'impression qu'il ne se passe rien dans L'Education sentimentale : c'est le principe même du livre ! Même que j'aurais bien aimé avoir un cours dessus pour mieux le comprendre (à défaut, une bonne préface devrait pouvoir compenser ça), mais c'est en bonne partie un roman sur l'échec. Flaubert n'a pas fait ça par maladresse ("oups, 300 pages et j'ai toujours pas mis de vraie action, où avais-je la tête ?" *Mr. Green* ). Ce qui n'empêche pas que ce n'est pas son roman le plus facile à apprécier : personnellement j'aime beaucoup le principe, mais ce n'est pas mon préféré.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
carabas
Austen addict


Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 2633
Localisation: Dans la lune

MessagePosté le: Sam Oct 09, 2010 11:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est normal que ça ne raconte rien : c'est l'histoire d'un p'tit gars qui a des velléités de devenir important et de séduire la femme qu'il aime. Mais il passe à côté de tout, rate tout. Il passe à côté de ses ambitions, de son amour, de l'Histoire... C'est un amas d'anecdotes et d'échecs successifs. Quelques épisodes marquants : le coup de foudre avec Mme Arnoux, la révolution de 1948, le moment où Frédéric revoit Mme Arnoux qui lui fait sa déclaration... mais perdus dans la masse.

C'est la caricature du jeune Romantique dans un monde de brutes. Sauf que le jeune romantique est une tête à claques. C'est une déconnade, ce roman, une réaction contre le Romantisme et tutti quanti.

Spoiler:

On le comprend avec la fin : le meilleur souvenir de Frédéric et de son copain, c'est quand ils sont allés au bordel pour la 1ere fois et que Frédéric, honteux, est parti en courant avant même d'avoir conclu... ce qui explique un peu tout le livre, puisqu'il échoue avant même d'avoir entrepris quelque chose.


_________________
Garde tes songes ;
les sages n'en ont pas d'aussi beaux que les fous!


Baudelaire, Les Fleurs du Mal, "La Voix".
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5915
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Lun Oct 11, 2010 12:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En fait, c'est un emo avant l'heure ? *Mr. Green*
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
J'ai un blog, et maintenant, j'ai publié un roman
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aurele



Inscrit le: 08 Juin 2005
Messages: 278

MessagePosté le: Mar Oct 12, 2010 9:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais commencé à lire ce roman cet été et malgré l'écriture remarquable de Flaubert, magnifique même, j'avais abandonné au début de la deuxième partie du roman. Il ne se passe rien effectivement et lorsque je lis un livre, j'ai besoin que les personnages me parlent. Il faut que je puisse soit m'identifier aux personnages, soit les détester, etc... Frédéric me laissait totalement indifférent.
J'essaierai sûrement dans quelques années de relire ce roman.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
carabas
Austen addict


Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 2633
Localisation: Dans la lune

MessagePosté le: Mer Oct 13, 2010 2:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est drôle. Moi, le livre que j'ai eu un mal fou à finir de Flaubert, c'est Salammbô.

L'Education Sentimentale, ça a été. Comme quoi...
_________________
Garde tes songes ;
les sages n'en ont pas d'aussi beaux que les fous!


Baudelaire, Les Fleurs du Mal, "La Voix".
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Emma39



Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 2
Localisation: France

MessagePosté le: Ven Aoû 31, 2012 6:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, je l'avoue, ce livre est très pénible au début, on se demande si on va parvenir jusqu'au bout. Mais personnelement, j'ai été prise par le flot de l'histoire et j'en suis devenu "accro". xD
La moralité du livre ? je ne saurais pas le dire mais j'en ai fait des hypothèses *Smile*

Bon j'ai 15 ans donc j'essairai de le relire plus tard, afin de mieux comprendre et d'éviter de sortir le dictionnaire toute les trois lignes *Wink*

Ce que je garde de ce livre : une histoire mystérieuse et une écriture splendide !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Marquise
Marquise de Miaoucha


Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 2968
Localisation: Loire

MessagePosté le: Sam Sep 01, 2012 11:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ce roman m'a grandement servi lorsque j'ai passé mon DEUG, il y a...pfff.... un grand nombre d'années...
En effet, en oral d'histoire, on devait présenter un roman de notre choix, seul impératif : qu'il soit du 19e siècle.
J'ai choisi celui-ci, je ne sais plus pourquoi.
Quand je l'ai annoncé au professeur qui me faisait passer l'épreuve, il a sifflé d'admiration, et m'a demandé si j'avais réussi à le terminer. J'ai dit oui. Il m'a félicitée. Il m'a dit que lui-même n'avait jamais réussi à le finir, et il m'a dit "bon, si cela ne vous gêne pas, on va parler d'un autre roman de cette époque". Du coup, j'ai parlé de Au bonheur des Dames de Zola (si je me souviens bien) et j'ai eu 16/20 (la meilleure note de ma promo, c'était un prof exigeant)

Le souvenir que je garde de cette lecture est un grand, très grand ennui...
_________________
J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Vassia



Inscrit le: 11 Mai 2018
Messages: 230

MessagePosté le: Mar Aoû 06, 2019 3:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Holala *Sad*
Pour moi je l'assume, ce livre a été une totale perte de temps.
Bon au moins on ne pourra pas me reprocher de ne pas l'avoir lu (écouté).

Il ne s'y passe rien, et y a rien d'intéressant dedans, mais alors rien de rien, ou alors des trucs qu'on peut très certainement retrouver ailleurs.

Je ne comprends pas pourquoi ce livre est souvent étudié en classe *Very Happy* ! *Sad*

J'en ai parlé à une prof de lettres qui m'a dit : "Ah mais si si c'est formidable, ce décalage entre le héros qui est un romantique hors propos et l'époque dans laquelle il évolue et dans laquelle il ne parvient pas à trouver sa place du fait de sa façon de voir les choses".

Ouais bon...très peu pour moi la blague d'écrire un livre pour rien et de demander à d'autres de le lire histoire de *Wink*
(manque plus qu'une petite phrase à la fin du genre "Cher lecteur, si vous êtes arrivé jusqu'ici, je n'envie pas votre vie qui doit être bien terne pour vous voir obligé de la meubler en ayant lu toutes ces pages.")

C'est bien le premier sondage pour lequel j'ai coché "Pas du tout".

Si vous avez le choix, lisez autre chose *Wink*

Bon allez, je suis un peu injuste en balançant tout par dessus bord, je me suis tout de même noté quelques tournures :

Gustave Flaubert
(L’Education sentimentale)


Il trouvait que le bonheur mérité par l’excellence de son âme tardait à venir.

Peu d’enfants furent plus battus que son fils.

Un pareil homme valait toutes les femmes.

Il se rongeait le cœur, furieux contre sa jeunesse.

[…] ; et il n’en détachait pas ses yeux, il enfonçait son âme dans la blancheur de cette chair féminine ; […]

[…], vous n’avez pas le droit de m’intéresser à des choses que je réprouve !

Assez d’Andalouses sur la pelouse !

Rien n’est humiliant comme de voir les sots réussir dans les entreprises où l’on échoue.

Cependant, la conscience de mieux valoir que ces hommes atténuait la fatigue de les regarder.

[…] il ne trouvait pas de joint pour y introduire ses sentiments.

On se console des femmes vertueuses avec les autres.

[…], l’air orgueilleux comme un paon, bête comme un dindon ; […]

[...] ; - et si les regards pouvaient user les choses, Frédéric aurait dissous l’horloge à force d’attacher dessus les yeux.

[…] les passions s’étiolent quand on les dépayse, […]

D’abord, la Pologne n’existe pas ; c’est une invention de Lafayette !

Alors il se fit un grand silence ; et tout, dans l’appartement, sembla plus immobile.

[…] (il se croyait peintre en ce temps-là), […]

L’action, pour certains hommes, et d’autant plus impraticable que le désir est plus fort. La méfiance d’eux-mêmes les embarrasse, la crainte de déplaire les épouvante ; […]

[…], avec l’étourderie de ces gens qui étalent leurs trésors dans des auberges.

[…], il ne considérait que les masses et se montrait impitoyable pour les individus.

La Démocratie n’est pas le dévergondage de l’individualisme.

Il y a des hommes qui n’ayant pour mission parmi les autres que de servir d’intermédiaire ; on les franchit comme des ponts, et l’on va plus loin.

Il […] jugerait mieux les choses dans l’éloignement.

[…] il était bien résolu […] à ne plus perdre son cœur dans des passions infructueuses, […]

[…] ; certains hommes se réjouissent de faire faire à leurs amis des choses qui leur sont désagréables.

[…], au milieu des confidences les plus intimes, il y a toujours des restrictions, par fausse honte, délicatesse, pitié.

On rentrait dans la douceur des choses que l’on avait eu peur de perdre ; […]

-Est-ce pour une maladie de neuf mois, ma petite chatte ?

Il y a un moment dans les séparations, où la personne aimée n’est déjà plus avec nous.


(L’Education sentimentale)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 166923 / 0