Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ma vie de Geisha - Mineko Iwasaki

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Etrangère
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
0%
 0%  [ 0 ]
Beaucoup
100%
 100%  [ 1 ]
A la folie
0%
 0%  [ 0 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 1

Auteur Message
Maere



Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 104

MessagePosté le: Mer Aoû 09, 2006 10:07 pm    Sujet du message: Ma vie de Geisha - Mineko Iwasaki Répondre en citant

Mineko Iwasaki ne s’est pas toujours appelée ainsi. Quand elle était petite fille, elle s’appelait Masako, et elle était si farouche qu’elle se cachait souvent dans les placards. Mais elle devra changer de nom, de foyer et de famille pour mieux suivre sa destinée : elle deviendra l’héritière d’une okiya, une maison de Geisha.

C’est avec un certain orgueil que Mineko raconte sa vie. Elle était la meilleure de toutes les geikos de son époque, elle l’affirme avec un naturel désarmant. Elle raconte son enfance coupée du monde moderne. Petite poupée devant qui tous s’inclinent, elle travaille avec acharnement pour devenir ce qu’elle sait devoir être : la première d’entre toutes.
Puis viendra son entrée dans le monde des geishas, les lourds cérémonials de son métier, sa rapide montée dans la hiérarchie, sa folle passion pour la danse, la jalousie féroce de ses consoeurs, les premières amours…
C’est une plongée au cœur du monde secret des geishas, conté par une femme qui s’y est taillé une place de choix, puis a décidé d’en partir. Le quartier de Gion était trop petit pour Mineko. Et puis elle, ce qu’elle aimait dans la vie, ce n’était pas tenir compagnie, mais danser à perdre haleine.

J’ai passé un bon moment avec ce livre. On y trouve un Japon contrasté, où des bulles intemporelles subsistent en plein coeur du monde moderne. On y trouve de nombreux détails sur la vie qutodienne, les kimonos, les coiffures très codifiées des jeunes filles. Le passage où Mineko, à plus de 20 ans, se trouve pour la première fois confrontée à un aspirateur vaut le détour à lui tout seul.

Ma vie de Geisha
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Val



Inscrit le: 16 Juil 2003
Messages: 1015
Localisation: Yerres

MessagePosté le: Jeu Aoû 10, 2006 9:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ce livre est l'autre face du "Geisha" d'Arthur Golden
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM MSN Messenger
krys



Inscrit le: 14 Aoû 2003
Messages: 4321
Localisation: à l'ouest

MessagePosté le: Sam Aoû 12, 2006 10:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah ! ce doit être intéressant de lire son point de vue à elle !
_________________
Fantasy can become reality (Stratovarius).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Val



Inscrit le: 16 Juil 2003
Messages: 1015
Localisation: Yerres

MessagePosté le: Dim Aoû 13, 2006 9:32 am    Sujet du message: Répondre en citant

krys a écrit:
Ah ! ce doit être intéressant de lire son point de vue à elle !


Oui j'ai pas eu l'impression de lire la même histoire. Enfin, si, mais pas complètement. Enfin, lis le, tu comprendras mieux ce que je veux dire *Razz* *Razz*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM MSN Messenger
Maere



Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 104

MessagePosté le: Dim Aoû 13, 2006 1:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Val a écrit:
Ce livre est l'autre face du "Geisha" d'Arthur Golden


C'est en effet une histoire très différente. J'ai été surprise de constater que Mineko était la source de Golden. D'ailleurs, elle l'a attaqué en justice après la sortie de son livre.

Pour ceux que ça intéresse et qui lisent l'anglais, une interview de Mineko Iwasaki où elle parle de son livre:
http://www.bostonphoenix.com/boston/news_features/qa/documents/02473409.htm
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
myriade



Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 83
Localisation: entre terre et mer

MessagePosté le: Ven Juil 27, 2007 6:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La publication des mémoires de Mineko Iwasaki était une sorte de rectificatif en réponse au roman de Golden. Cet article de juin 2001 donne plus de précisions :

Arthur Golden, auteur des Mémoires d'une geisha publiées en 1997 (Geisha, Lattès, 1999), plusieurs millions d'exemplaires vendus, traduit en 21 langues, a-t-il commis un crime de lèse-geisha ? Il remerciait alors « … Mineko Iwasaki à qui je dois tout, qui est devenue et reste une amie. » Amie ? Plus maintenant. Mineko, célèbre geisha des années 60-70, a commencé à étudier les arts de la danse et l'étiquette quand elle avait cinq ans. A 15 ans, novice ; elle recevait pour son 21e anniversaire le col blanc des geishas. A 29 ans, elle se retirait pour se marier, et quelques années plus tard confiait avec innocence, sans être rétribuée, sa vie au magnétophone d'Arthur Golden, qui en profita pour en faire un roman. Hélas, Golden «a confondu geisha et prostituée ». Non content, semble-t-il, d' « insulter une profession hautement respectable », il pimente son histoire de détails scabreux. Parlant de la coutume du « mizuage », la virginité de l'impétrante vendue au plus offrant, il aurait même évoqué un jour, à la radio, peut-être était-il tout simplement bluffé par la somme?, les 100 millions de yens qu'aurait atteints celle de Mineko ! A-t-on jamais vu un tel manque de courtoisie ?Mineko Iwasaki se rebiffe. D'autant que le livre, traduit en japonais en 1999 et que Mineko avait pu enfin lire, a été peu apprécié au Japon « à cause de sa vulgarité. » Depuis, Mme Iwasaki a écrit ses propres mémoires (qui paraîtront aux Etats-Unis à l'automne) et essaie d'obtenir d'Arthur Golden un dédommagement pour non respect d'accord d'anonymat. Golden ne répondant pas à ses nombreuses tentatives de règlement à l'amiable, elle a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux américains. Elle demande, conjointement, à l'auteur et à son éditeur Arthur A.Knopf, 50% des revenus du livre.
_________________
Veni vidi vici
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
carabas
Austen addict


Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 2318
Localisation: Dans la lune

MessagePosté le: Mer Nov 11, 2015 5:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé ce livre, qui nous apprend beaucoup de choses sur la culture japonaise et corrige certaines idées fausses. On voit l'exigence de la formation d'une geisha, exigence assez caractéristique de cette culture (dans les arts martiaux, dans l'art du thé, dans l'art du sushi...) . La période est intéressante, puisqu'on est juste dans l'après-guerre. Le Japon se modernise rapidement, mais reste conservateur dans certains domaines. Mineko a une personnalité intéressante, forte, volontaire, mais elle peut se montrer agaçante.
Spoiler:

(quand elle est petite et croit que tout lui est dû - mais cela s'explique par l'attitude déférente que l'on a vis-à-vis d'elle depuis qu'elle a été désignée comme l'otori, ou quand elle veut prendre son indépendance mais n'a aucune idée de ce qu'il faut faire au quotidien - là encore, cela s'explique, ou encore quand elle sourit aux appareils photo quand elle est à l'hôpital.).


C'est toutefois normal : on a affaire à des mémoires et non à un roman. J'apprécie que l'auteur n'ait pas cherché davantage à cacher ces aspects de sa personnalité. On voit à quel point une meiko et une geiko sont coupées du monde. Elles vivent dans une véritable bulle et n'ont aucune conscience de ce qui se passe à l'extérieur de leur monde. Leur emploi du temps surchargé ne leur laisse pas le temps de faire autre chose. Le décalage entre leur impressionnant savoir-faire (une meiko est évaluée sur la manière dont elle fait coulisser la porte, puis entre dans une pièce!) et leur méconnaissance de leur propre corps (aucune information sur les règles) est assez surprenant. On a beaucoup d'anecdotes, certaines amusantes (avec le Prince Charles), d'autres tristes, d'autres encore assez révélatrices de la vie menée par la maiko/geiko.

Je n'avais pas lu le livre de Golden et n'ai pas envie de le lire. J'ai vu le film, que j'ai aimé car très esthétique, mais j'avais été étonnée par le mizuage, puisque j'avais appris que les geisha n'étaient pas des prostituées. Or, L'auteur, ici, nous dit que ce n'est pas ce qu'on croit (à savoir, une client qui paie pour déflorer la geisha) mais elle ne nous explique pas en quoi cela consiste.

Très bonne lecture pour qui s'intéresse au Japon.
_________________
Garde tes songes ;
les sages n'en ont pas d'aussi beaux que les fous!


Baudelaire, Les Fleurs du Mal, "La Voix".
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Etrangère Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 134836 / 0