Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Soutenir la SFFF francophone outre-atlantique : "l'invasion des grenouilles"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Infos
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Aoû 23, 2014 11:18 am    Sujet du message: Soutenir la SFFF francophone outre-atlantique : "l'invasion des grenouilles" Répondre en citant

Je suis tombé sur une initiative bien sympathique sur Facebook : la page d'un mouvement appelé "l'invasion des grenouilles", qui vise à faire connaître les littératures de l'imaginaire francophones (françaises, canadiennes, belges, suisses, africaines francophones, etc.), en France et outre-Atlantique.
En effet, la SFFF francophone est encore sous-estimée et peu connue en France et très peu traduite en anglais hors de France, ce qui est complètement injuste.
=> la page Facebook de l'Invasion des grenouilles.

Cette page, lancée par Gaëlle Dupille (elle-même auteure de SFFF), s'inspire en partie d'un mouvement québécois pour faire connaître la SFFF québécoise, et est à l'origine de plusieurs actions :

- une action pour faire connaître la SFFF francophone en France : "Le 1er septembre, j'achète un livre/ebook de SFFF/horreur francophone" qui est exactement ce qu'indique son titre, sachant que l'idéal serait d'en profiter pour parler autour de vous de votre dernier coup de coeur en SFFF francophone.

- En dehors de Facebook cette fois (ce qui tombe bien si vous n'êtes pas sur Facebook), un manifeste de soutien vient d'être lancé sur le site de pétitions Avaaz, avec un objectif de 500 signatures pour commencer.

Voici le texte du manifeste :

Citation:
Je souhaite promouvoir les littératures de SFFF/horreur francophones auprès des éditeurs et des lecteurs anglophones, afin de changer les clichés représentant nos productions littéraires comme étant trop intellectuelles et ennuyeuses. Les auteurs de SFFF/horreur francophones ont du talent, de l'imagination à revendre, savent distraire et comptent bien le montrer au niveau international !

Pour cela, le soutien des auteurs et éditeurs et d'une manière générale, des lecteurs francophones, est nécessaire.
Les signatures récoltées accompagneront un manifeste invitant les éditeurs anglophones de jeter un oeil nouveau sur la littérature de SFFF/horreur francophone récente.

Voici le texte du manifeste qui sera traduit en anglais avant d'être soumis à des éditeurs anglophones fin janvier 2015 :

"Les auteurs francophones des littératures de l’imaginaire (fantastique, horreur, science-fiction..) font face à un paradoxe : en France, ils sont sous-estimés, car ces genres sont considérés comme mineurs et dans les pays anglophones, ils sont boudés car les éditeurs et lecteurs pensent que les auteurs français produisent de la littérature trop élitiste et soporifique, alors que d'innombrables romans de SFFF leur prouveraient le contraire.

Nous nous adressons donc à vous, éditeurs anglais, canadiens et américains. Les littératures francophones de l’imaginaire recèlent des trésors de créativité. Loin des clichés véhiculés par d'autres genres littéraires, les auteurs de SFFF francophones ne produisent pas d'oeuvres inutilement bavardes et ennuyeuses, mais savent au contraire, à l'image de leurs homologues anglophones, créer des histoires captivantes, pleines de rebondissements, où le suspense règne en maître. Nous sommes nombreux, talentueux et méritons que l’on s’attarde sur nos romans, nouvelles ou recueils.

Des auteurs, éditeurs, illustrateurs, lecteurs et membres divers du monde littéraire SFFF francophones se sont mobilisés pour tenter de changer les clichés et vous donner l’opportunité de découvrir et de publier des auteurs francophones qui sauront faire frissonner ou émouvoir vos lecteurs.

Les cultures francophones et anglophones sont différentes, certes, mais lorsqu’il s’agit des littératures de l’imaginaire, nous parlons le même langage. Nous vous invitons à faire se rejoindre nos univers."

Gaëlle Dupille, auteure


Je trouve que cette action est une très bonne idée, car j'en ai assez de voir l'influence même pas majoritaire mais carrément écrasante des auteurs anglo-saxons, alors que de nombreux et très bons auteurs francophones méritent aussi d'être connus. Il y a largement assez de place pour tous les auteurs et tous les types de livres, alors il est temps de lutter contre cette inégalité et de faire en sorte que les lecteurs puissent au moins connaître ces auteurs injustement tenus dans l'ombre (en dehors du petit milieu des fans de SFFF).

Le seul reproche que je peux faire au manifeste est qu'il reste encore trop conditionné par la tradition anglo-saxonne de la SFFF "à suspense" et fait lui-même preuve de honte ou de mépris envers les fictions francophones qui s'écartent de ce modèle actuellement tout-puissant. On peut "aussi" avoir envie de lire de la SFFF "élitiste" et "intellectuelle" (drôle d'idée d'employer cet adjectif de façon péjorative d'ailleurs). L'important est justement de donner le plus large choix possible aux lecteurs et de faire connaître toutes les tendances de l'imaginaire francophone.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5828
Localisation: Sud

MessagePosté le: Dim Aoû 24, 2014 1:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis entièrement d'accord avec toi. Et je m'en vais signer de ce pas !
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Dim Aoû 24, 2014 7:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon dilemme, et celui hélas d'une grande partie du public, est que peu de romans SFF m'attirent. Je suis persuadée de m'ennuyer copieusement avec 99% d'entre eux. La centaine de romans SF que j'achète chaque année vient du 1% restant.
Je ne suis pas plus fermée à une nationalité qu'à une autre. Mais avec un taux d'élimination aussi élevé (99% !), un roman d'une nationalité peu présente sur les rayons n'a virtuellement aucune chance d'arriver chez moi. C'est le cas entre autres de la SF française.
Lire aussi :
> Le pourcentage de bons livres selon vous


Peu de français sur les rayons

Mais pourquoi les auteurs français sont-ils si rares dans les rayons SFF de nos librairies ? Sur ce thème, lire éventuellement un échange sur ce forum entre la romancière Corinne Guitteaud et moi-même :
> La littérature SFF française est-elle injustement boudée par le public français, les éditeurs français etc.
_________________
Tennis de Table Bordeaux


Dernière édition par theyoubot le Dim Aoû 24, 2014 7:50 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
krys



Inscrit le: 14 Aoû 2003
Messages: 4434
Localisation: à l'ouest

MessagePosté le: Dim Aoû 24, 2014 7:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

le 1er septembre est un lundi.Ma librairie est fermée !
_________________
Fantasy can become reality (Stratovarius).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Aoû 25, 2014 7:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

theyoubot a écrit:
Mon dilemme, et celui hélas d'une grande partie du public, est que peu de romans SFF m'attirent. Je suis persuadée de m'ennuyer copieusement avec 99% d'entre eux. La centaine de romans SF que j'achète chaque année vient du 1% restant.
Je ne suis pas plus fermée à une nationalité qu'à une autre. Mais avec un taux d'élimination aussi élevé (99% !), un roman d'une nationalité peu présente sur les rayons n'a virtuellement aucune chance d'arriver chez moi.


Tu expliques donc que tu as des préjugés sur la SFFF. C'est une campagne contre les préjugés, ça tombe bien *Mr. Green*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Mar Aoû 26, 2014 12:03 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai un préjugé favorable pour le SFF.
Puisque ces deux genres ont constitué la quasi totalité de mes lectures et de mes achats de livres durant toute ma vie.

Le seul critère pour acheter un roman, c'est sa qualité. La nationalité de son auteur ne compte pas. Pas plus que la nationalité d'un peintre, d'un cinéaste ou d'un compositeur. Seul compte le talent. Cette page facebook m'a paru d'emblée non seulement absurde mais suspecte.
Les bons romans sont déjà suffisamment rares, et les acheteurs de romans suffisamment affligés de critères illusoires. Les sirènes du marketing et de la communication leur vendent assez de romans douteux. Pourquoi vouloir entraver un peu plus leur démarche d'achat avec un autre critère non pertinent, la nationalité ?
" Les ventes de romans SF écrits par des auteurs roux sont trop faibles. Vous qui êtes roux, luttez contre cette injustice : le 1° septembre, achetez un roman écrit par un auteur roux." Peu importe que l'auteur soit roux, français ou collectionneur de caleçons de hobbits.

Si les animateurs de cette page facebook voulaient vraiment mettre en avant la SFF française, ils auraient sélectionné les dix meilleurs titres hexagonaux avec un comité compétent et impartial, auraient réuni des fonds par crowdfunding et assuré le réédition/promotion de ces titres phares - quoique pas assez connu du grand public - dans les rayons des librairies françaises et auprès de maisons d'édition anglophones. Voila qui donnerait une image prestigieuse à la SFF française tout en orientant l'effort collectif et les acheteurs vers des livres qui en valent la peine.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
}^§¤{



Inscrit le: 22 Aoû 2013
Messages: 362
Localisation: Pas assez loin...

MessagePosté le: Mar Aoû 26, 2014 8:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

Plutôt d'accord avec theyoubot, le côté marketing est bien présent dans le titre, j'aurais préféré "Le 1er septembre, je LIS un livre de SFFF/horreur francophone"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Aoû 26, 2014 11:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le mouvement n'émane pas d'une maison d'édition, ni même d'auteurs connus, mais de petits auteurs qui ont même eu le bon goût de ne pas tenter de mettre en avant leurs propres publications sur la page (pour l'instant). Ce n'est pas une opération marketing. D'autant que le mouvement n'est pas vraiment (pour l'instant) ample au point de changer les éditeurs de SFFF français en millionnaires grâce à une action Facebook...

Sur l'action prévue le 1er septembre, je comprends tes réserves, theyoubot, mais, si tu prends la peine de lire le détail de l'événement, il s'agit surtout d'un prétexte pour parler autour de soi de la SFFF francophone. Surtout, les gens sont justement laissés libres de choisir eux-mêmes de quels auteurs, romans, recueils, etc. ils ont envie de parler autour d'eux. Cela me semble meilleur que de procéder à un classement qui, non seulement ne ferait pas l'unanimité (je frémis déjà devant les débats auxquels donnerait lieu la composition d'un comité "compétent et impartial"), mais serait encore plus suspect de n'être qu'une opération marketing.
En l'état, les lecteurs peuvent choisir eux-mêmes de quoi parler, et il y a toujours les critiques et les prix littéraires pour aider à repérer les bons livres.

theyoubot a écrit:
Pourquoi vouloir entraver un peu plus leur démarche d'achat avec un autre critère non pertinent, la nationalité ?


Encore une fois, lis mieux les pages concernées : tu te trompes. Il ne s'agit pas d'un critère de nationalité mais d'un critère de langue. Confondre "francophone" et "français" est assez regrettable. Surtout qu'on parle ici d'un mouvement qui s'inscrit dans la lignée d'un mouvement visant à faire connaître les auteurs de SFFF québécois.

theyoubot a écrit:
" Les ventes de romans SF écrits par des auteurs roux sont trop faibles. Vous qui êtes roux, luttez contre cette injustice : le 1° septembre, achetez un roman écrit par un auteur roux." Peu importe que l'auteur soit roux, français ou collectionneur de caleçons de hobbits.


Il s'agit ici de promouvoir des oeuvres écrites dans une langue en particulier. C'est un critère tout à fait pertinent en littérature (contrairement à la couleur de cheveux). Chaque langue a sa saveur particulière, mais aussi son histoire littéraire (jamais isolée de celle des autres langues, bien sûr, mais distincte tout de même).

De plus, ta critique, qui est fréquente dès lors qu'on parle de mouvements de soutien à des métiers, catégories sociales, minorités etc. en situation d'infériorité et qui adoptent une attitude militante pour essayer de changer les choses, ne change rien au fait qu'il y a bel et bien une situation de domination (ici, celle de la production de SFFF anglophone) et qu'au bout d'un moment, il est utile de mettre le doigt dessus.
On ne peut pas faire comme si tous les auteurs de SFFF pouvaient concourir à égalité sur le marché (auquel cas, oui, bien sûr, seule la qualité compterait), car ce n'est pas vrai.
Après, bien sûr, on peut discuter des moyens les plus judicieux pour faire connaître la SFFF francophone.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Mar Aoû 26, 2014 1:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tybalt a écrit:
Le mouvement n'émane pas d'une maison d'édition, ni même d'auteurs connus, mais de petits auteurs qui ont même eu le bon goût de ne pas tenter de mettre en avant leurs propres publications sur la page (pour l'instant).

Bien sûr mais ça reste néanmoins suspect, tant la démarche est inadéquate par rapport à l'objectif avoué. Un peu d'auto promotion déguisée, sans doute. Note bien que ça ne me gêne pas - c'est de bonne guerre. Mais j'aurais voulu que l'initiative proposée ait un minimum d'intérêt.

Tybalt a écrit:
Surtout, les gens sont justement laissés libres de choisir eux-mêmes de quels auteurs, romans, recueils, etc. ils ont envie de parler autour d'eux. Cela me semble meilleur que de procéder à un classement qui, non seulement ne ferait pas l'unanimité (je frémis déjà devant les débats auxquels donnerait lieu la composition d'un comité "compétent et impartial"), mais serait encore plus suspect de n'être qu'une opération marketing.

Au contraire, c'est parce que les gens sont laissés libres de choisir eux-mêmes - livrés à eux mêmes sans guide fiable - que les grands romans de SFF française ne trouvent pas leur public. Des échanges informels entre lecteurs malléables et peu informés ne vont pas infléchir d'un millimètre la course des rouleaux compresseurs marketing qui vendent du Musso et du Levy par millions. Il faut quelque chose de solide en face, une vraie communication. Les difficultés de créer un label impartial sont évidentes et nombreuses (même si le problème que tu évoques, la suspicion d'opération marketing ne se poserait pas puisque la sélection que je propose brasserait par la force des choses plusieurs époques et une large palette d'éditeurs). Mais dans le champs d'action évoqué, c'est la seule mesure concrète qui aurait un réel impact.

Tybalt a écrit:
En l'état, les lecteurs peuvent choisir eux-mêmes de quoi parler, et il y a toujours les critiques et les prix littéraires pour aider à repérer les bons livres.

Un Goncourt, ok. Mais en SFF, pas vraiment.

Tybalt a écrit:
Encore une fois, lis mieux les pages concernées : tu te trompes. Il ne s'agit pas d'un critère de nationalité mais d'un critère de langue. Confondre "francophone" et "français" est assez regrettable. Surtout qu'on parle ici d'un mouvement qui s'inscrit dans la lignée d'un mouvement visant à faire connaître les auteurs de SFFF québécois.

Dans mon message, nationalité était à prendre dans le sens 'nations francophones'. Mais si tu veux, remplaces 'nationalité' par langue et mon message reste valable. Le seul critère, c'est le talent. La langue n'est pas un critère. Il n'y a aucun lien entre la langue employée par un romancier et son éventuel talent. Certes, le français a une saveur et une histoire qui lui sont propres. Mais c'est le cas de toutes les langues.


Tybalt a écrit:
il y a bel et bien une situation de domination (ici, celle de la production de SFFF anglophone) et qu'au bout d'un moment, il est utile de mettre le doigt dessus.
On ne peut pas faire comme si tous les auteurs de SFFF pouvaient concourir à égalité sur le marché (auquel cas, oui, bien sûr, seule la qualité compterait), car ce n'est pas vrai.

C'est ce que dit Corinne Guitteaud dans ce topic. Mais sur quoi repose cette accusation d'iniquité ? Teddy Riner exerce une domination écrasante sur le judo mondial depuis 8 ans donc il a acheté les arbitres ? Paris est la première destination touristique au monde donc elle a ourdi d'abjects complots pour ternir la réputation de Londres et de New York ? Ne faut-il pas plutôt envisager que Teddy Riner soit tout simplement le meilleur judoka du monde, que Paris ait un patrimoine architectural et culturel exceptionnel doublé d'infrastructures touristiques incomparables et que la littérature anglophone ait produit un nombre incroyable d'auteurs talentueux, à vue de nez plus que tous les autres pays réunis ?

Pour moi, cette initiative facebook est au mieux une réaction de mauvais perdant, au pire une opération d'auto promotion qui passe à dessein sous silence la donnée de base, le niveau de qualité de la SFF française présente en rayon. Mais, pour être juste, cette initiative a au moins le mérite d'exister. C'est déjà bien de tenter quelque chose, fut ce dans la mauvaise direction.


Gaëlle Dupille,
initiatrice du projet
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Aoû 27, 2014 11:42 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mouais. Je ne suis pas d'accord avec tes analyses, notamment parce que je pense que tu fais preuve d'un certain aveuglement sur la réalité du rouleau compresseur publicitaire dont disposent les auteurs anglo-saxons par rapport aux francophones, et que tu méconnais le rôle réel de prix littéraires de SFFF comme le Grand Prix de l'imaginaire, le Prix Hugo, ainsi que les médias, sites, festivals etc. qui orientent bel et bien les lecteurs (qui ne sont pas "sans guide" et pas toujours si moutons non plus). Je m'attriste un peu de tant d'acrimonie à l'égard de ce qui reste un mouvement dans le bon sens.
(Pourquoi mettre une photo, au fait ? Quel intérêt de connaître l'apparence de la personne qui a lancé le truc ?)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Mer Aoû 27, 2014 2:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tybalt a écrit:
tu fais preuve d'un certain aveuglement sur la réalité du rouleau compresseur publicitaire dont disposent les auteurs anglo-saxons par rapport aux francophones

Sur quoi repose cette accusation d'iniquité ? Tu as éludé la question alors je te la repose : disposes-tu d'informations qui laissent penser que des bons romans de SF française sont écartés des rayons au profit de mauvais romans anglo-saxons ? Si la réponse est non, sur quoi se base ton affirmation ?
Parce que si c'est vrai, il faut le dénoncer publiquement : un lobby tout puissant intrigue en coulisses pour limiter l'accès aux rayons de la SF française. Il faut le crier haut et fort.
Mais si c'est faux, raconter ce genre de choses est encore pire que de ne rien faire. Tromper les gens sur la nature du problème les éloigne encore plus de la solution.

Tybalt a écrit:
tu méconnais le rôle réel de prix littéraires de SFFF comme le Grand Prix de l'imaginaire, le Prix Hugo, ainsi que les médias, sites, festivals etc. qui orientent bel et bien les lecteurs

Le Prix Hugo est décerné à des récits de langue anglaise.
Le Grand Prix de l'Imaginaire et toutes les autres actions que tu évoques me semblent avoir un impact négligeable sur la carrière des romans de SF française. Dont les tirages, cela est vérifiable, sont misérables. Visiblement, le public a besoin d'une communication plus efficace.

Tybalt a écrit:
Je m'attriste un peu de tant d'acrimonie à l'égard de ce qui reste un mouvement dans le bon sens

J'ai signé la pétition. Je parle autour de moi des bons romans francophones, je l'ai toujours fait, non sans une certaine fierté. Comme je l'ai dit plus haut, cette initiative a au moins le mérite d'exister. C'est déjà bien de tenter quelque chose, fut ce dans la mauvaise direction.
Tous mes voeux de réussite l'accompagnent. § ci dessous


Tybalt a écrit:
Pourquoi mettre une photo, au fait ? Quel intérêt de connaître l'apparence de la personne qui a lancé le truc ?

Elle essaie de communiquer sur un sujet, de mobiliser un maximum de gens. Elle a un visage ouvert et sympathique qui, je pense, faciliterait une opération de communication sur youtube. Elle devrait peut être réaliser une courte vidéo, 1 ou 2 minutes, expliquant sont initiative. C'est gratuit et je pense que ça aurait un impact positif
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2437
Localisation: Great North

MessagePosté le: Mer Aoû 27, 2014 5:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est marrant , c'est le même genre de débat qui agite le fandom sur F.B. au sujet d'une éventuelle Convention Mondiale de la S.F. en France dans 7 ans... faut croire que la S.F. française , il y en a qui veulent se la garder.
Tiens , ça me rappelle l'incompréhension totale de certains Japonais devant le succès de leur cinéma à l'étranger dans les années 60 , on va appeler ça le réflexe Tokugawa.
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Aoû 28, 2014 12:28 am    Sujet du message: Répondre en citant

theyoubot a écrit:
Sur quoi repose cette accusation d'iniquité ? Tu as éludé la question alors je te la repose : disposes-tu d'informations qui laissent penser que des bons romans de SF française sont écartés des rayons au profit de mauvais romans anglo-saxons ? Si la réponse est non, sur quoi se base ton affirmation ?


Prends le plus gros éditeur français de SFFF, Bragelonne, et regarde son catalogue ainsi que sa politique publicitaire. Des auteurs anglo-saxons et des visuels à l'ango-saxonne. Bragelonne, ce sont des commerciaux et très accessoirement des éditeurs, parfois.
Problème : quels auteurs francophones Bragelonne a-t-il révélé ? Aucun. Les rares auteurs francophones qu'il a prudemment réédités après leurs premiers succès avaient tous été d'abord révélés par des éditeurs plus petits, voire par les revues et le fanzinat.

En outre, nous parlons ici d'une situation d'inégalité, dont parle la pétition : le fait que les auteurs anglophones sont massivement traduits et diffusés dans les pays francophones, tandis que l'inverse est faux. C'est particulièrement vrai dans le cas des Etats-Unis, et vraiment ça n'a rien d'une révélation : c'est une politique culturelle de domination et de fort "protectionnisme" menée dans tous les domaines et qui est tout aussi vraie pour le cinéma, par exemple.

theyoubot a écrit:
Le Grand Prix de l'Imaginaire et toutes les autres actions que tu évoques me semblent avoir un impact négligeable sur la carrière des romans de SF française. Dont les tirages, cela est vérifiable, sont misérables. Visiblement, le public a besoin d'une communication plus efficace.


Ce serait plus solide avec des stats. Il me semble au contraire que les prix littéraires influent beaucoup sur la carrière de ces livres, en particulier dès lors qu'il s'agit de choisir quoi rééditer en poche. Beaucoup des auteurs de SFFF francophones que je vois passer en Folio SF ou en J'ai lu sont des auteurs primés.

Hoël, tu pourrais développer un peu ? Je fréquente très peu les forums et conventions de SF, donc je ne connais pas tellement les derniers débats qui agitent le milieu *Smile*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5828
Localisation: Sud

MessagePosté le: Jeu Aoû 28, 2014 6:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Theyoubot, j'ai l'impression que tu ne tiens pas compte du fait que les romans en français sont malheureusement très peu traduits en anglais (je ne prendrai pas la peine de développer l'inverse), ce qui les prive de fait non seulement du public britannique et états-unien, mais aussi des nombreux terriens qui lisent en anglais, même si ce n'est pas leur première langue.

Hoël, je plussoie avec Tybalt :-).
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2437
Localisation: Great North

MessagePosté le: Jeu Aoû 28, 2014 9:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

A la Convention Mondiale qui s'est tenue il y a quelques jours à Londres , il a été déposé la candidature de la France pour l'organisation de la Convention Mondiale de 2023 , il faut savoir que ce genre de manifestations draine une dizaine de milliers de personnes de tous les pays et que rien d'approchant n'a jamais été organisé en notre beau pays (rien à voir avec les Utopiales).

Or , le groupe qui a déposé cette candidature est totalement inconnu du Fandom , ce qui a provoqué l'étonnement agacé d'un certain nombre de ses membres et une polémique d'où il est ressorti que , pour beaucoup d'entre eux , la S.F. française se portait très bien sans les Anglo-Saxons (le public des conventions mondiales est majoritairement américain) et qu'une telle occasion ne présentait pas d'intérêt pour elle.

Cela dit , il y a aussi pas mal de monde qui s'enthousiasme pour l'idée.

A noter que Pierre Gévart , rédacteur en chef de Galaxies et organisateur des conventions nationales d'Amiens et de Bellaing a posé la candidature de la France à Amiens pour une Convention européenne de la S.F. en 2018.
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Jeu Aoû 28, 2014 3:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tybalt a écrit:
Ce serait plus solide avec des stats. Il me semble au contraire que les prix littéraires influent beaucoup sur la carrière de ces livres, en particulier dès lors qu'il s'agit de choisir quoi rééditer en poche. Beaucoup des auteurs de SFFF francophones que je vois passer en Folio SF ou en J'ai lu sont des auteurs primés.

Je suis d'accord sur le besoin de stats fiables. Si quelqu'un a des chiffres récents, j'aimerais bien les lire.
Par ailleurs, quelqu'un connaîtrait-il le tirage de 'Gagner la Guerre' de Jaworski ?



Tybalt a écrit:
Prends le plus gros éditeur français de SFFF, Bragelonne, et regarde son catalogue ainsi que sa politique publicitaire. Des auteurs anglo-saxons et des visuels à l'ango-saxonne. Bragelonne, ce sont des commerciaux et très accessoirement des éditeurs, parfois.
Problème : quels auteurs francophones Bragelonne a-t-il révélé ? Aucun. Les rares auteurs francophones qu'il a prudemment réédités après leurs premiers succès avaient tous été d'abord révélés par des éditeurs plus petits, voire par les revues et le fanzinat.
Lisbeï a écrit:
Theyoubot, j'ai l'impression que tu ne tiens pas compte du fait que les romans en français sont malheureusement très peu traduits en anglais (je ne prendrai pas la peine de développer l'inverse), ce qui les prive de fait non seulement du public britannique et états-unien, mais aussi des nombreux terriens qui lisent en anglais, même si ce n'est pas leur première langue.

Vous sautez tous les deux d'un fait incontestable (domination écrasante) à une conclusion de votre cru (compétition faussée). Pendant des décennies, les allemands ont produit les meilleurs appareils photo du monde, les japonais les meilleures petites voitures, les français les produits de luxe les plus fameux (parfums, sacs, vins haut de gamme etc). Domination écrasante n'est pas synonyme, comme vous faites semblant de le croire, de compétition déloyale. Des tas de facteurs entrent en jeu, et en premier lieu le talent et la 'culture-produit' du pays. Il est fréquent qu'un pays acquière un savoir-faire inégalé et un leadership écrasant dans un domaine. Rien que dans le siècle passé, nous pouvons tous citer plusieurs dominations écrasantes - d'une nation, d'un groupe, d'un individu - dans les domaines artistiques, sportifs, économiques etc. Combien de sourdes conspirations en étaient la cause ?
Derrière tous les exemples qui viennent à l'esprit, il y a un pays avec un culture plus profonde, plus ancienne du produit ou de la pratique concernée. Les séries télévisées américaines sont les plus vues et les plus appréciées dans le monde. Pas parce que les producteurs américains graissent la patte aux directeurs de programmes des chaînes étrangères, mais parce que ces séries sont meilleures. En termes de qualité, il existe un gouffre entre les meilleures séries françaises et les meilleures séries US. Si Teddy Riner (qui exerce une domination écrasante sur le judo mondial depuis 8 ans) est français, ce n'est pas un hasard. La fédération française de judo est l'une des deux meilleurs fédérations de judo au monde : ancienneté, nombre de licenciés, nombre de médaillés, infrastructures de formation, moyens financiers. La France a une culture du judo, du vélo sur piste ou de l'escrime qui dépasse largement celle de nos voisins. Tout comme la Nouvelle-Zélande a le rugby ou le Kenya la course de fond. Les états-unis ont inventé la télévision moderne, ils ont un culture de ce média qui dépasse largement la notre, pour le meilleur ou pour le pire. Les produits télévisuels américains bénéficient pour leurs expérimentations et leur rentabilisation du plus grand marché intérieur du monde, ce qui autorise des budgets et un niveau de qualité impensables ailleurs..
Il est facile d'accuser Bragelonne et les éditeurs français en général d'être des agents de l'oncle Sam tuant dans l'oeuf la création littéraire française. Malheureusement, jusqu'à preuve du contraire, la domination écrasante de la SF anglo-saxonne n'a rien à voir avec les agissements en coulisses d'un lobby pernicieux. Elle repose sur la cause naturelle et habituelle de ce genre de dominations. Occulter ce fait avec des hypothèses conspirationnistes n'aidera pas à faire avancer les choses.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5805
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Jeu Aoû 28, 2014 4:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tybalt a écrit:
Bragelonne, ce sont des commerciaux et très accessoirement des éditeurs, parfois.
Problème : quels auteurs francophones Bragelonne a-t-il révélé ? Aucun. Les rares auteurs francophones qu'il a prudemment réédités après leurs premiers succès avaient tous été d'abord révélés par des éditeurs plus petits, voire par les revues et le fanzinat.

Euh... Ils ont la collection "Snark", par exemple, qui publie des nouveaux auteurs.

Pour ce qui est de la domination de la SFFF US, la réponse est surtout dans la rentabilité : même en devant ajouter les coûts de traduction, un livre qui a fait ses preuves outre-Atlantique aura plus de chances de "marcher" en France qu'un truc qui vient d'un inconnu.
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
Et maintenant, j'ai un blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Aoû 29, 2014 11:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

theyoubot a écrit:
Il est facile d'accuser Bragelonne et les éditeurs français en général d'être des agents de l'oncle Sam tuant dans l'oeuf la création littéraire française. Malheureusement, jusqu'à preuve du contraire, la domination écrasante de la SF anglo-saxonne n'a rien à voir avec les agissements en coulisses d'un lobby pernicieux. Elle repose sur la cause naturelle et habituelle de ce genre de dominations. Occulter ce fait avec des hypothèses conspirationnistes n'aidera pas à faire avancer les choses.


Ne radicalise pas mes positions, je n'en suis pas à parler de conspiration infâme, quand même :-) Je ne dis pas non plus que les auteurs américains ou britanniques sont mauvais ou que leur succès soit immérité. Je disais simplement que certains facteurs qui expliquent la situation actuelle n'ont rien à voir avec le talent respectif des auteurs des différent pays, mais relèvent purement de stratégies commerciales. Encore une fois, le protectionnisme des Etats-Unis et le petit nombre affligeant de traductions tu français vers l'anglais, par exemple, sont des réalités bien connues.
Je dois admettre que je n'ai pas de source sur le sujet sous la main là tout de suite, mais je me souviens notamment d'un article de Thomas Sotinel dans "Le Monde" au moment de la sortie du film "La Planète des singes" (celui de Burton) d'après le roman de Pierre Boulle, où Sotinel s'étonnait de ne pas pouvoir trouver de traduction du roman mais seulement la novélisation d'après le film, et avait mené une petite enquête à partir de là.

Sur les tirages des romans, il y a ce sujet, que tu avais lancé, d'ailleurs, theyoubot (en t'inquiétant justement de l'influence possible de la campagne de pub faite autour d'un roman sur le succès commercial dudit roman, indépendamment de sa qualité).

J'ai un peu cherché pour connaître les tirages de "Gagner la guerre", mais je n'ai pas encore trouvé (rien sur le blog officiel des Moutons électriques). Attention, il faut aussi compter les réimpressions (le nombre de tirages, donc). "Gagner la guerre" et "Janua Vera" ont eu plusieurs réimpressions, "Même pas mort" (le dernier Jaworski) en est à sa première. "Gagner la guerre" a bénéficié d'un tirage de luxe limité à 2000 exemplaires et "Janua Vera" idem à 1500 exemplaires (ça, c'est sur le site des Moutons), ce qui veut dire que, pour ces seuls tirages de luxe, l'éditeur était assez confiant pour tirer un nombre d'exemplaires à peu près équivalent à celui du premier tirage moyen d'un roman, il me semble.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lisbeï



Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 5828
Localisation: Sud

MessagePosté le: Ven Aoû 29, 2014 6:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'arrive pas à voir où tu as pu discerner quelque sombre théorie conspirationniste dans le peu de choses que j'ai dites, ce qui est en fait fort loin de ma pensée, mais ma participation à ce sujet s'arrêtera là.
_________________
Même le soleil se couche.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Dim Aoû 31, 2014 11:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Lisbeï a écrit:
Je n'arrive pas à voir où tu as pu discerner quelque sombre théorie conspirationniste dans le peu de choses que j'ai dites

Tu penses que la domination de la SF anglo-saxonne, sur son marché intérieur aussi bien que sur le notre, n'est pas due au seul talent des auteurs.
Ou alors, si tu ne penses pas ça, je n'ai pas compris le sens de ton intervention.

Lisbeï a écrit:
ma participation à ce sujet s'arrêtera là.

Pas de souci.

Tybalt a écrit:
Je dois admettre que je n'ai pas de source sur le sujet sous la main là tout de suite, mais je me souviens notamment d'un article de Thomas Sotinel dans "Le Monde" au moment de la sortie du film "La Planète des singes" (celui de Burton) d'après le roman de Pierre Boulle, où Sotinel s'étonnait de ne pas pouvoir trouver de traduction du roman mais seulement la novélisation d'après le film, et avait mené une petite enquête à partir de là.

J'ai lu un article qui disait exactement le contraire. A savoir que Pierre Boulle avait été dans les années 60 l'un des auteurs étrangers les plus traduits et les plus importants aux Etats-Unis en termes de tirages. Place reprise aux Etats-Unis par Sulitzer dans les années 90.

Tybalt a écrit:
J'ai un peu cherché pour connaître les tirages de "Gagner la guerre", mais je n'ai pas encore trouvé (rien sur le blog officiel des Moutons électriques). Attention, il faut aussi compter les réimpressions (le nombre de tirages, donc). "Gagner la guerre" et "Janua Vera" ont eu plusieurs réimpressions, "Même pas mort" (le dernier Jaworski) en est à sa première. "Gagner la guerre" a bénéficié d'un tirage de luxe limité à 2000 exemplaires et "Janua Vera" idem à 1500 exemplaires (ça, c'est sur le site des Moutons)

Ces chiffres sont déprimants. On est vraiment mal.

Tybalt a écrit:
Je ne dis pas non plus que les auteurs américains ou britanniques sont mauvais ou que leur succès soit immérité. Je disais simplement que certains facteurs qui expliquent la situation actuelle n'ont rien à voir avec le talent respectif des auteurs des différent pays, mais relèvent purement de stratégies commerciales. Encore une fois, le protectionnisme des Etats-Unis et le petit nombre affligeant de traductions tu français vers l'anglais, par exemple, sont des réalités bien connues.

Tout comme Lisbei, tu répètes un fait incontestable : très peu d'auteurs français sur les rayons des librairies françaises ou américaines (traductions). Mais tu éludes toujours ma question.
Qu'est ce qui te fait supposer que "la situation actuelle n'a rien à voir avec le talent respectif des auteurs des différent pays" ? Note bien que je ne dis pas que tu as tort. Je ne demande qu'à vous croire. J'aimerais que vous ayez raison. Car ce serait bien préférable pour la SF française. On remédierait plus facilement à un dysfonctionnement marketing qu'à un différentiel de densité d'auteurs talentueux. Mais il faudrait que tu nous dises un peu - ce que tu n'as toujours pas fait - d'où te vient ta conviction. Je voudrais savoir comment tu en es venu à interpréter ainsi une situation qui s'est déjà produite plusieurs fois les siècles passées (en faveur d'une nation ou d'une autre) en littérature, dans le théâtre, la musique symphonique, la sculpture, l'ébénisterie etc. D'où vous vient cette idée (à toi et à Lisbei) que cette fois-ci la compétition n'a pas été équitable ? C'est une vraie question. Tu comprends ma perplexité ?
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Sep 01, 2014 6:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

theyoubot a écrit:
J'ai lu un article qui disait exactement le contraire. A savoir que Pierre Boulle avait été dans les années 60 l'un des auteurs étrangers les plus traduits et les plus importants aux Etats-Unis en termes de tirages. Place reprise aux Etats-Unis par Sulitzer dans les années 90.


Le film de Burton, et donc l'article de Sotinel, datent de 2001. Les choses changent... Pour mémoire, il s'agit de l'article "Où est passé Pierre Boulle ?" paru dans Le Monde du 22 août 2001 (ici sur le site du journal, mais l'accès est payant : c'est peut-être consultable dans une bibliothèque/médiathèque).

theyoubot a écrit:
Ces chiffres sont déprimants. On est vraiment mal.


Gnéhein ?
Tu as conscience que les seuls chiffres que j'ai donnés concernent des tirages limités de luxe survenus plusieurs années après les premiers tirages, mh ?
Et qu'à ma connaissance ces tirages limités équivalent à peu près au premier tirage moyen d'un roman en France tous genres confondus (hors auteurs déjà connus et massivement publicisés) ?
Ces tirages sont plutôt un très bon signe pour Jaworski à mes yeux *Smile*

theyoubot a écrit:
Je voudrais savoir comment tu en es venu à interpréter ainsi une situation qui s'est déjà produite plusieurs fois les siècles passées (en faveur d'une nation ou d'une autre) en littérature, dans le théâtre, la musique symphonique, la sculpture, l'ébénisterie etc. D'où vous vient cette idée (à toi et à Lisbei) que cette fois-ci la compétition n'a pas été équitable ? C'est une vraie question. Tu comprends ma perplexité ?


A vrai dire, je serais tenté de me contenter de te retourner la question : comment diable peux-tu t'imaginer que la compétition a été équitable, que ce soit maintenant ou à une époque quelconque ? C'est une conception quelque peu utopiste du fonctionnement de la vie culturelle, quel que soit le pays concerné, et, même si je suis le premier à vouloir qu'on en arrive à cette "égalité des chances entre artistes", il est certain qu'on en est encore très loin.
L'art, même quand il se conçoit comme "art pour l'art", entretient des liens (volontaires ou involontaires) avec l'économie, la politique et l'histoire des idées. Enormément de critères peuvent influer à partir de là sur les conditions de création et de diffusion des oeuvres et sur leur réception par le reste du monde.
C'est élargir le sujet un peu trop alors je reviens au cas des auteurs français dans les pays anglophones et en particulier aux Etats-Unis. On ne peut pas s'imaginer que la capacité d'un pays à s'ouvrir à la culture d'un autre soit égale partout et dans toutes les circonstances. Les féroces préjugés américains envers la France sont bien connus (on parle de "French bashing") et naturellement l'anti-américanisme existe aussi en France : ça n'est qu'un critère parmi énormément d'autres, mais cela peut influencer la politique d'au moins certains éditeurs, comme le dit la tribune de L'Invasion des grenouilles. Bien sûr, on ne saurait réduire le comportement de tous les éditeurs américains à ça ! mais on ne peut pas dire que ça n'a aucune influence.
Je cherche toujours des analyses détaillées sur ce sujet, mais pour le moment je n'ai trouvé qu'un exemple concernant l'industrie du cinéma (analysant les cas des Etats-Unis, de la France et de l'Inde), sur le site "La Vie des idées" qui chronique des essais et ouvrages savants. Ce n'est pas directement transposable, mais j'espère que cela te donnera les moyens de mieux comprendre ce que je veux dire quand j'insiste sur les liens entre art, économie, politique et idéologie.

Il y a aussi des facteurs beaucoup plus factuels, comme le fait que les Etats-Unis sont un grand pays, beaucoup plus peuplé que la France, et que, techniquement, il est logique qu'il compte plus d'écrivains. Mais ça n'explique pas tout (la Russie, l'Inde ou la Chine sont au moins aussi peuplés, voire beaucoup plus, et n'ont pas le quart de l'influence culturelle des Etats-Unis en France - encore moins dans le domaine qui nous intéresse, alors que ces trois pays sont dotés de mythes et de légendes nombreux et d'une vie culturelle foisonnante depuis longtemps).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Sep 10, 2014 6:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je savais bien que j'avais croisé des chiffres de ventes récemment : voici un message des Moutons électriques relayé en juillet sur un des forums d'Elbakin par Aslan () :

Citation:
Les Moutons Électriques
9 juillet · Modifié
Allez, pour se faire plaisir, quelques gros chiffres car tout ne va pas mal : "Janua Vera" (Jaworski) a dépassé les 20 000 ex toutes éditions confondues (donc poche compris) ; "Gagner la guerre" (Jaworski) a dépassé les 30 000 ex toutes éditions confondues ; "Même pas mort" (Jaworski) a dépassé les 6400 ex placés ; le beau livre sur Miyazaki est déjà à 5850 ex vendus ; "Manesh" (Platteau) est placé à presque 2500 ex (il n'y a plus que 47 ex en stock chez notre distributeur).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2437
Localisation: Great North

MessagePosté le: Jeu Sep 11, 2014 9:01 am    Sujet du message: Répondre en citant

Jeulézétousse !
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Ven Sep 12, 2014 2:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Tybalt a écrit:
On ne peut pas s'imaginer que la capacité d'un pays à s'ouvrir à la culture d'un autre soit égale partout et dans toutes les circonstances. Les féroces préjugés américains envers la France sont bien connus (on parle de "French bashing")

J'ai vécu 3 ans aux Etats-Unis. Rien de tel ne joue sur la carrière d'un livre français aux Etas-Unis. Dans le domaine culturel, si préjugé il y a, il serait plutôt légèrement favorable.

Tybalt a écrit:
Je cherche toujours des analyses détaillées sur ce sujet, mais pour le moment je n'ai trouvé qu'un exemple concernant l'industrie du cinéma (analysant les cas des Etats-Unis, de la France et de l'Inde), sur le site "La Vie des idées" qui chronique des essais et ouvrages savants. Ce n'est pas directement transposable

Au contraire, c'est une pièce centrale du puzzle. J'y reviens plus bas.

Tybalt a écrit:
Il y a aussi des facteurs beaucoup plus factuels, comme le fait que les Etats-Unis sont un grand pays, beaucoup plus peuplé que la France, et que, techniquement, il est logique qu'il compte plus d'écrivains. Mais ça n'explique pas tout (la Russie, l'Inde ou la Chine sont au moins aussi peuplés, voire beaucoup plus, et n'ont pas le quart de l'influence culturelle des Etats-Unis en France

Pour des raisons politiques et économiques, la Russie, l'Inde et la Chine n'ont joué pratiquement aucun rôle dans les médias occidentaux. La création des médias majeurs du XX° siècle est revenue aux Etats-Unis qui en ont assuré le développement et le leadership en occident. Je développe plus bas.

Tybalt a écrit:
Ces tirages sont plutôt un très bon signe pour Jaworski à mes yeux *Smile*

Levy vend un million d'exemplaires chaque année, avec 100 fois moins d'idées par roman. Moi, je trouve ça déprimant.


Tybalt a écrit:
je serais tenté de me contenter de te retourner la question

C'est légitime. Je vais y répondre.

D'abord la population : au XX° siècle, les états-Unis ont été 5 fois plus peuplés que la France. Il est donc logique que les auteurs américains soient 5 fois plus nombreux que les nôtres.

Tout au long du XX° siècle, ce décalage entre la France et les états-unis a été accentué par le dynamisme des nouveaux médias. Même si on ramenait les états-unis à la taille de la France, le marché intérieur (pulp magazines, radios, cinéma, TV) a été proportionnellement plus important. Les médias éditeurs de SF ont donc eu aux états-unis un impact bien plus considérable. Non pas 5 fois, comme le suggérerait la taille de la population mais plus probablement 10 ou 20 fois.

1 - 50 ans de pulp magazines. Les états-unis ont été les premier pays à développer une presse 'magazine' bon marché (pulp) tirant à des millions d'exemplaires. La concentration plus grande de la population dans de grandes villes rendant la promotion/distribution plus aisée, l'existence de grands groupes de presse, le niveau de vie (alors supérieur à celui de l'Europe) ont permis de créer un grand marché intérieur, d'éduquer plusieurs générations (jusqu'en 1950) et d'asseoir, entre-autres, une culture populaire de la SF.

2 - la radio de l'entre-deux-guerres. Mais comme le mécanisme sera identique pour le cinéma, je vais le détailler uniquement pour celui-ci.

3 - le cinéma : un américain moyen a toujours fait deux à quatre fois plus de sorties cinéma par an qu'un européen. Dans le 7° art, cela a permis la création du plus grand marché intérieur de la planète. Mais pourquoi aimaient-ils et aiment-ils encore tant le cinéma ? Un contexte socio-économique favorable : le niveau de vie, les économies d'échelle (*) gardant la magie du cinéma à prix dérisoire etc. Par le nombre de films vus (la moitié n'étant pas distribués hors états-unis), le cinéma SF américain a eu un impact bien plus important sur des générations d'enfants américains. Ajoutés à l'effet de plusieurs décennies d'exposition supérieure à d'autres médias (1 et 2), la jeunesse américaine a développé un appétit et un intérêt sans égal pour la SF.

4 - le leadership technologique : l'énergie atomique, dans les années 50, puis la conquête spatiale dans les années 60, représentaient des enjeux financiers importants pour le citoyen américain de base, ainsi que des thèmes porteurs en politique. Ces deux sujets bénéficiaient donc d'une énorme vitrine médiatique aux états-unis. Phénomène accentué par le fait que les états-unis étaient le pays de la planète le plus intensivement équipé en médias audiovisuels. A une époque, les auteurs américains de SF ont donc grandi bercés par ces deux thèmes. L'histoire de la SF en a gardé la trace.

5 - les programmes télévisés à partir de 1950. Les américains ont été les premiers téléspectateurs. L'américain moyen consommait et consomme encore encore deux fois plus de programmes télévisés qu'un français (7h/jour contre 3h30). La SF a donc connu un développement particulier à la télévision américaine et un impact à l'avenant.

Bref, le siècle passé, les états-unis ont possédé un leadership socio économique qui s'est traduit dans les médias puis, logiquement, dans une densité record d'écrivains SF, de cinéastes SF et d'auteurs de séries télévisés SF. Sur ce forum, nous parlons de littérature. Mais pour chaque film SF français à peu près décent, on peut en citer 50 américains. Pour chaque série télévisée française regardable, les états-unis en proposent 50 de qualité équivalente ou supérieure. Il serait vraiment surprenant que pour chaque roman français de SF, il n'y en ait pas 50 américains.
Au XIX° siècle, du fait d'un contexte socio économique différent mais tout aussi déterminant, la littérature française a dominé l'Europe. Au XVII°, l'Italie a dominé l'opéra. Au X° siècle, sous la dynastie Song, la Chine était la nation la plus avancée au monde dans pratiquement tous les domaines. Artistiques, scientifiques, militaires. Ca se produit à chaque siècle dans un domaine ou un autre. Une nation a ce qu'il faut pour éclipser les autres. Comme je l'ai déjà dit, j'adorerais que la situation de SFF française ait des causes injustes, récentes et spécifiques au monde de l'édition. Hélas, il n'en est rien.



* urbanisation, grandes salles, marché intérieur permettant de plus grosses recettes donc de gros budgets donc des films coûteux, ce qui a souvent un impact sur la qualité des films grand public (décors, figuration, effets spéciaux, scénaristes réputés, cadreurs, monteurs etc..)
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Sep 12, 2014 6:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour cette argumentation détaillée ! Elle me convainc, mais seulement en partie. Par exemple, tes arguments ne tiennent pas du tout pour le fantastique, qui, pour le coup, est historiquement beaucoup plus européen et notamment français. Le cas de la fantasy suppose qu'on prenne en compte les auteurs européens et tout ce que leur doivent les Américains (au hasard Tolkien mais on pourrait remonter à la mode européenne des contes).
Quant à la SF et à l'anticipation, nous sommes tout de même le pays de Jules Verne, et nous avons aussi connu de nombreux auteurs qui se vendaient souvent très bien (Paul d'Ivoi par exemple) et qui ont eux aussi développé des personnages haut en couleurs et des univers foisonnants.

Certains de tes arguments me semblent prouver justement que la "compétition" entre auteurs des différents pays n'a pas du tout été équitable. Certes, certains aspects l'ont été, comme tu le dis bien, notamment la culture des "pulps" qui est typiquement américaine (et d'ailleurs passionnante) et aide incontestablement les nouveaux auteurs à se faire connaître. Mais d'autres facteurs résultent purement d'une domination économique et même politique propice à l'exportation de la culture américaine dans le monde et en particulier en France. Ce qui est américain fait "cool", surtout depuis 1945. Je suis tenté de penser que c'est en partie cette prédominance économique qui produit à son tour une prédominance culturelle, indépendamment des qualités ou des atouts des auteurs de tel ou tel pays.
A mes yeux, il y a une situation de domination. Je pense que des facteurs comme celui-ci jouent dans le fait qu'on méprise les auteurs locaux, et qu'on oublie même l'histoire de notre propre SF (qui se souvient des auteurs de SF du XIXe siècle en dehors de Jules Verne ?), pour se tourner vers les auteurs américains.
Bien sûr, c'est aussi en partie de notre faute, car l'université a longtemps fermé sa porte aux auteurs de SFFF français (c'est en train de changer nettement, par bonheur : en quelques années ont eu lieu plusieurs colloques évoquant des oeuvres de SFFF de tous pays) et nous sommes sans doute aussi moins doués pour changer notre patrimoine culturel en produits de masse.

Bref, il y a certes des facteurs culturels et un intérêt incontestable de la culture anglophone de SFFF (il serait fou de prétendre le nier), mais il me semble toujours qu'il y a aussi des facteurs très nettement extérieurs à la littérature elle-même qui ont joué en faveur des Etats-Unis et expliquent aussi leur domination actuelle sur ces genres.

theyoubot a écrit:
J'ai vécu 3 ans aux Etats-Unis.


Ce n'est pas la partie la plus solide de ton argumentation : les Etats-Unis, c'est grand... et même après plus de 20 ans à vivre en France, j'aurais du mal à parler savamment du marché français du livre. Relativisons *Smile*

theyoubot a écrit:
Levy vend un million d'exemplaires chaque année, avec 100 fois moins d'idées par roman. Moi, je trouve ça déprimant.


Il faudrait pouvoir prendre en compte les ventes comparées à la publicité. Lévy est massivement publicisé et exposé en librairies, mais aussi dans des trucs comme les "Relay" (dans les gares de train et de métro). Au delà d'un certain point, il y a des ventes "mécaniques" entraînées par ça, tout comme un blockbuster massivement mis en avant et passant dans des centaines de salles fera généralement un chiffre d'affaires mécanique beaucoup plus important qu'un film qui ne bénéficie pas de tels moyens promotionnels.
Il y a un "seuil" au delà duquel les ventes explosent forcément, parce que les gens achètent faute d'entendre parler d'autre chose : il y a une pression énorme (je l'ai vu pour Harry Potter et en ce moment pour Le Trône de fer). Les ventes d'Harry Potter, par exemple, ont cessé d'être significatives au delà du tome 3, car il est devenu si massivement mis en avant que ça n'avait plus de sens.
En revanche, Jaworski n'a bénéficié de rien de tout ça, mais plutôt du bouche à oreille, de critiques excellentes et d'un prix littéraire (Lévy, en revanche, ne peut pas se vanter de remporter des prix avec ses bouquins à ma connaissance !). Ses ventes, bien que n'atteignant pas les chiffres astronomiques du dernier best-seller massivement publicisé, me semblent donc plus "authentiques".
(Il faudrait aussi comparer la proportion de bouquins vendus et celles des exemplaires qui réapparaissent peu après sur le marché de l'occasion : pas sûr que Lévy s'en sorte bien à la comparaison, là aussi *Mr. Green* )
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
theyoubot



Inscrit le: 20 Avr 2005
Messages: 3818

MessagePosté le: Sam Sep 13, 2014 3:36 am    Sujet du message: Répondre en citant

Si l'on excepte ton dernier paragraphe (avec lequel je suis totalement d'accord), le reste de tes arguments montre qu'il est temps que j'aille hanter d'autres sections du forum. Je te remercie pour ce bref échange. A bientôt sur d'autres sujets.
_________________
Tennis de Table Bordeaux
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1066
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Sep 13, 2014 10:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, merci pour la discussion très riche, en tout cas :-) Je m'excuse pour le manque de sources sur la partie "l'anglais fait cool". Il y a quelque temps j'avais vu en librairie un livre intéressant sur les "cultures qui font tendance" et sur la façon dont ça peut amener à fausser le jugement. Je ne l'ai pas acheté sur le moment et depuis quelque temps j'essaie de le retrouver parce que j'aimerais bien affiner ma réflexion là-dessus - même si je ne sais absolument pas ce que vaudrait ce bouquin -, mais je ne me souviens plus du tout de la référence (à part qu'il était publié chez "Champs" Flammarion... peut-être) ce qui ne facilite pas les recherches.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Infos Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 146102 / 0